AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Ain't that just like me? - Ezechiel 024

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Messages : 118
Double comptes : Dorian S. Porter
Age du personnage : 30 ans
Fonction/Occupation : Agent de la faction d'intervention
Avatar : Chris Evans

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Ain't that just like me? - Ezechiel 024 27.01.16 14:36

►Ain't that just like me? ◄
Ezechiel 024 & Alexander 022


21 Avril 5PC — Fin d’après-midi.

— Putain mais cogne plus fort bordel !
— J’essaie !
— C’est pas assez ! T’as rien dans l’bide ou quoi ?

Elle me lance un regard assassin alors qu’elle se recule, transpirant à grosse goutte, quelques mèches de cheveux restés collés à son visage humide. Deux billes noires qui me tueraient bien sur place si elle en avait la possibilité alors qu’elle est entrain de reprendre son souffle. J’attends quelques secondes, continuant de la jauger de mon regard intransigeant mais aussi exaspérer. J’aime pas m’occuper des nouveaux, j’suis pas leur putain de chien de garde mais j’ai pas le choix alors j’ferme ma gueule et j’exécute. Mais quitte à les former, autant y trouver son plaisir. Et là, en l’occurrence c’est de la pousser à bout.

Ils veulent se faire recruter chez nous en pensant que tout est facile, qu’il suffit d’avoir un peu de caractère pour pouvoir arpenter les rues de la cité et de garder les concitoyens. Quelle belle désillusion qui les attendent. Pourtant, la nana que j’ai devant moi, 470, n’a pas envie de lâcher le morceau. Et c’est peut-être ça qui me plait dans cette petite formation. De la voir s’acharner comme une lionne tout en lui faisant croire que c’est pas suffisant. C’est pour son bien, j’suis pas là pour lui chanter l’hymne de Monsieur.

— T’es qu’un con.
— Ouais, ça t’pose un problème ? Alors casse toi dans ce cas.  

Elle crache au sol d’avoir trop fait d’effort avant de ricaner, l’air mauvais.

— Crève.

Cette fois, c’est moi qui ricane, sarcastique.
Mon tee-shirt me colle à la peau de transpirer sous cette chaleur et les efforts fournis mais je n’en suis pas gêné pour autant. Quand on passe plusieurs jours dans sa crasse pour chasser les vermines, on prend une certaine habitude. D’ailleurs j’ai hâte d’obtenir le repos mérité après notre grosse victoire du 16. Celle de la rafle que nous avons faite et de la pendaison des traitres. Ca laisse un certain goût amer au fond de la gorge de tuer des êtres humains mais encore une fois, on n’a pas le choix. C’est pour le bien de tous.

470 se remet en position et frappe dans les sacs improvisés que j’ai attachés à chacune de mes mains. Elle y met toute sa rage, c’est incontestable et j’admets même qu’elle est loin d’être maladroite au combat, aussi bien dans la force qu’elle y met que dans sa manière de faire. Je la regarde toujours avec mépris alors qu’elle fulmine plus fort, plus violemment contre les sacs en toile, jusqu’à s’en écorcher les phalanges malgré les tissus qui la protège.

— Entrainement terminé !

Je baisse les bras mais pas elle. Son poing s’abat avec violence sur ma pommette qui éjecte mon visage sur le côté, coup que je lui redonne dans un simple réflexe. Mon élan est ralenti par ma vue brouillée par le choc mais atteint ma cible sur la tempe.
Personne ne bouge autour de nous, j’entends simplement les battements de mon cœur qui s’affolent sous cette jouissance douloureuse alors qu’un sourire s’étale sur ma gueule. Je sens un  filet de sang s’écouler le long de ma joue, réouverture d’une blessure écopée lorsque de la destruction du convoi. Je secoue la tête comme pour me remettre les idées en place, appréciant presque cette douleur cuisante qui se répand comme des graviers dans mon cerveau. Je cligne plusieurs fois des yeux pour voir cette nana de 26 ans se relever, tout aussi sonné.
Je me contente de la regarder de la tête aux pieds, sourire tout aussi narquois que tout à l’heure.

— Tu vois quand tu veux. Je m’essuie la pommette d’un geste du bras avant de me diriger vers la sortie sans la regarder. Après-demain, même heure.

Je ne prends pas ça comme une humiliation mais comme un plaisir de leur enseigner quelque chose qui les aidera à se défendre mais surtout, à garder en sécurité ces remparts.
J’ai déjà parcouru la totalité de marche qui me sépare de mon appartement où j’effectue une rapide toilette avec le reste d’eau que j’ai, sans manquer de désinfecter rapidement la plaie sur ma pommette qui ne saigne plus. Elle m’a pas loupée et c’est pas plus mal. Elle sait cognée, y a pas de doute, c’est Carter qui va être contente d’avoir une nouvelle adversaire à défier lors de ses entrainements.

Je change de tee-shirt, en enfile un autre un peu plus ample mais sur le même ton que la couleur des Miliciens et troque mon pantalon contre un autre en toile, un peu plus épais. A partir de maintenant, c’est jour de congé jusqu’à demain soir, nuit tombée révolue. Et je compte bien en profiter pour prendre un peu l’air et me détendre près de la plage. J’ai aucun plan pour la suite, j’aime pas les plans. L’organisation c’est pas mon truc et prévoir les trucs à l’avance, non plus. Sauf quand il s’agit de mission, mais là c’est pas le cas.

Je croise quelques têtes connues dans les allées alors que je déambule tranquillement, profitant de la douceur de la fin d’après-midi. Je n’sais pas si le temps a toujours été comme ça mais c’est agréable et je resterais volontiers des heures à profiter de ça.
Fuir la foule, puis atteindre la plage, c’est chose faite. Le bruit me gonfle, les rassemblements tout autant et c’est au bord de l’eau que je trouve une tranquillité. Mais seulement pour une poignée de minute.

Au loin, une forme humaine. Plus j’approche, plus je distingue un jeune homme qui, visiblement, test ses aptitudes à l’arc et autant dire que le résultat est loin d’être fameux. Mains dans les poches de mon pantalon de toile, je m’approche d’un pas discret jusqu’à me trouver à quelques mètres de lui, le regardant toujours entrain de s’évertuer à tirer correctement et à arrêter d’être bancale.

— Tu t’es procuré ça où, au juste ?

Je l’interromps brutalement et consciemment puisque ma question se vaut. Où est-ce qu’il a été me chopper cette arme ? A moins qu’il ne l’ait fait lui-même ? Ce qui peut être possible mais seuls les miliciens possèdent le droit d’avoir accès à des armes. Et ça n’est pas plus mal niveau danger, j’ai pas tellement envie de finir embroché à cause d’une maladresse.
Ce gosse a une tronche d’innocent, celui à qui on lui donnerait Monsieur sans confession et qui semble particulièrement mal à l’aise.

— J’dois te rappeler que t’as pas le droit à ça ? Je désigne l’arc d’un geste du menton. Annonce ton identité.

C’est un ordre même si au fond, j’ai l’envie de sourire. Je ne vais pas faire pendre un gosse pour un arc, c’est pas comme s’il avait quelque chose de dangereux. Je ne connais pas ses motivations mais je suppose que je ne vais pas tarder à les savoir. Je dégage mes mains des poches et emprunte une stature plus autoritaire, celle que j’use pour vagabonder au sein de la milice et ce, dans l’unique but de l’intimidé un minimum.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 127
Age du personnage : 20 ans
Fonction/Occupation : Troubadour
Avatar : Logan Lerman

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Ain't that just like me? - Ezechiel 024 29.01.16 10:44

~21 Avril 5PC — Fin d’après-midi~

“Tu cherches vraiment les embrouilles 024 ?


-Mais non, je fais rien de mal, juré. Jamais je n’irai contre les ordres de Monsieur !”


Un grand sourire et la bouille la plus innocente de la terre… Personne ne pouvait résister, pas même l’homme en face d’Ezechiel qui se demandait réellement pourquoi ce gosse s’évertuait toujours à fabriquer des objets rocambolesques. Bon, ce n’était pas souvent probant parce que même s’il aimait ça, on ne pouvait pas dire que la qualité première du garçon était de pouvoir faire n’importe quoi avec ses mains. Mais il avait eu une réussite, Josh et si jamais il ne se voyait remplacer son fidèle partenaire de musique, il avait ce jour-là voulu encore s’amuser avec des morceaux de bois. Mais pour quelque chose de complètement différent cette fois. Seulement, il se rendait bien compte que cela pouvait agacer certaines personnes qui craignait qu’il ne fasse quelque chose d’illégal. Ne voulant mettre personne dans l’embarras, il décida finalement de s’éloigner un peu du centre ville. Avec des bouts de bois dans les mains, de la ficelle dans les poches et Josh attaché tant bien que mal sur son dos, il alla s’installer sur la plage. Si Ezechiel n’avait en aucun cas oublié son objectif, lorsqu’il fut face à l’eau, il se sentit dans l’obligation de s’arrêter quelques instants. Ou plutôt, tout son corps se figea sans qu’il ne sache trop pourquoi, son regard se perdit dans cette étendue bleue qui se trouvait devant lui et ne bougea plus. Combien de temps. Impossible à dire. Puis, il ferma les yeux. Il y avait un peu de vent, l’eau remuait et ce son que cela produisait. C’était particulier, indescriptible mais agréable. Il aimait ce son. Il ne pu s’empêcher de se demander s’il serait capable de le reproduire. Pourtant, il lui semblait être un peu trop complexe… Il avait cependant envie de croire que c’était possible. Alors il resta là, les yeux clos, essayant de s’imprégner au mieux de cette mélodie que la nature lui proposait, lui offrait si gracieusement. Il ne prit conscience du temps qui venait de s’écouler que lorsqu’un nuage passa devant le soleil et le priva du rayon qui réchauffait son visage.

“Et bah dis donc, t’as vraiment des phases mon garçon !”

Oui Ezechiel venait clairement de se parler à lui-même. Et ça lui semblait tout à fait normal. Après tout, pourquoi se contenter de tout garder dans son cerveau. C’était bien aussi parfois de sortir les choses, de les exprimer à voix haute. Ça rendait le tout plus clair. Enfin bref, ce n’était pas le sujet. Ni une, ni deux, le jeune homme s’assit alors à même le sol, là où il se trouvait et au lieu de prendre Josh pour faire un peu de musique, il commença à trifouiller ses bouts de bois. Il fallait du temps pour que les sons s’imprègnent et qu’il puisse faire une mélodie correcte. Et de toute façon, il avait un autre plan pour cette journée. Ezechiel se mit donc à bricoler et après un travail acharné, il se leva, victorieux.

“Regarde ça Josh !”

Oui bon, Josh n’avait pas d’yeux et il ne pouvait pas voir… D’ailleurs, à peine eut-il dit ça, Ezechiel explosa de rire. Oui il devait passer pour un fou mais ça n’avait aucune importance. Il avait réussi. Il enleva alors Josh de son dos, le posa délicatement au sol et prit l’objet qu’il venait de fabriquer soigneusement entre ses mains. Un arc. Il allait pouvoir tirer à l’arc. Depuis qu’il s’était réveillé, Ezechiel rêvait de le faire. Il avait vu cette armes dans les mains de personnes de la milice, même si ces derniers semblaient préférer largement les pistolets. Mais lui, n’avait d’yeux que pour les arcs. Le jeune homme banda donc finalement la corde et tenta de lancer sa première flèche. Celle-ci tomba à quelques centimètres de lui. Ok… Il ne se laissa pas décourager pour autant, alla la chercher et recommença. Le résultat restait encore assez médiocre. Mais Ezechiel pouvait se montre têtu et il recommença encore jusqu’à ce qu’une voix le fasse sursauter. Le môme se retourna alors vivement, cachant, inutilement, l’arme derrière lui.

“Euh… Je…”

Ezechiel sentit ses joues rougir légèrement et il baissa la tête. C’était quelqu’un de la milice ? Peut être. Et si c’était le cas ce n’était pas vraiment bon signe pour lui. Les armes, les gens comme lui n’avaient pas à en avoir. Le jeune homme sortit alors l’arc de derrière son dos et le posa au sol alors que l’homme en face de lui continuait de l’interroger. Le gosse se sentait complètement con. Il releva alors doucement la tête et tenta de regarder la personne en face de lui, par respect.

“Je l’ai fabriqué…”

Ça se voyait d’ailleurs, son arc était clairement bancal, la ficelle mal tendu. Mais c’était son deuxième petit chef d’oeuvre.

“Ezechiel 024 monsieur.”

Et maintenant ? Ezechiel devait bien l’avouer, ses intestins étaient clairement en train de faire des noeuds. Il se demandait ce qui allait suivre. Il se rappela alors qu’il avait laissé Josh sur le sol un peu plus loin… Non. Non non non. Cet homme pouvait lui confisquer l’arc, mais surtout, surtout il ne fallait pas qu’il prenne Josh. Une lueur de panique passa dans le regard du gosse. Et, au lieu de se concentrer sur l’homme pour ne pas attirer son attention, il ne pu s’empêcher de jeter un regard sur son instrument. Crétin. Mais c’était plus fort que lui. Ezechiel posa alors un regard suppliant sur la personne en face de lui.

“Je suis vraiment désolé. Je voulais juste apprendre, je comptais pas m’en servir. Je ne trahirai jamais Monsieur vous savez. Je…”

Tu es surtout un imbécile Ezechiel. Il se mordit alors la lèvre et détourna le regard. Il était à deux doigts de fermer les yeux. Sans comprendre vraiment pourquoi. Comme un réflexe face à un coup qui se préparerait à tomber.


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 118
Double comptes : Dorian S. Porter
Age du personnage : 30 ans
Fonction/Occupation : Agent de la faction d'intervention
Avatar : Chris Evans

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Ain't that just like me? - Ezechiel 024 03.02.16 22:18

Il bredouille, rougit comme le ciel qui nous couve et à l'air de tout sauf d'être un gamin sûr de lui. Il me ferait presque de la peine à le voir comme ça, à ne plus savoir où se foutre avec son arme ridiculement cachée derrière son dos. Qu'est-ce qu'il foutait avec ça d'ailleurs ? Il n'y a que ceux de la milice qui en possède une et les chasseurs. Sinon, personnes d'autres n'a l'autorisation d'en user sous peine d'être puni par la loi de Monsieur et ses 5 piliers.
Je n'ai pas un regard aimable et encore moins la stature d'un type qui vient faire ami, même si c'est qu'un gosse. Ok, j'l'avoue, j'm'amuse un peu à le terroriser parce que j'trouve ça drôle et qu'il a l'air suffisamment obéissant pour ne pas venir faire le fanfaron.

— Je l’ai fabriqué…
— Ce truc ?

Je désigne l'arc qu'il pose à ses pieds, ce truc un peu bancale alors qu'un sourire presque moqueur se peint sur mes lèvres. Morceau de bois bancal, ficelle à peine tendu, pas étonnant qu'il se soit chier quand il a tenté un tir...

— Ezechiel 024 monsieur.

Jamais entendu parlé. Ou peut-être que si. Ca me dit vaguement quelque chose mais j'suis pas sûr.
Je ne dis rien, me contente de le regarder, attendant peut-être qu'il se décide à s'expliquer. C'est quoi cette envie soudaine de fabriquer un arc ? Le regard d'Ezechiel est fuyant et s'attarde suffisamment longtemps sur sa droite pour que mes yeux suivent le même mouvement... Je fronce les sourcils lorsque je rencontre un objet non identifié non loin de lui. C'est quoi encore ce truc ?

— Je suis vraiment désolé. Je voulais juste apprendre, je comptais pas m’en servir. Je ne trahirai jamais Monsieur vous savez. Je…

Je l'écoute sans vraiment le faire lorsqu'il me raconte qu'il voulait simplement apprendre à tirer à l'arc. Sauf qu'il est parfaitement au courant que pour ça, c'est à la milice qu'il faut le demande et que nous n'avons rien sans rien. Si tu t'engage à t’entraîner, tu dois faire partie d'un secteur pour protéger les tiens. Les choses ne se font pas gratuitement, la bonté de Monsieur étant déjà grande.
Peu importe, je me dirige vers cet objet qui attire mon attention et me penche pour le ramasser parce qui semble être le manche. Fait avec une bouteille, des fils tendus, et un creux au centre...

— Si tu veux apprendre, c'est auprès de la milice qu'il faut te diriger. Tu n'as aucun droit de venir faire ça tout seul.

Je croise le regard de 24, l'objet toujours en main et c'est de la peur que j'y lis. Pure et simple. Être à la milice et traquer les Outlaws apprend beaucoup sur les émotions humaines, aussi bien pour les détecter que pour les dissimuler. Carter et moi avons développer une certaine faculté pour ce genre de chose comme beaucoup de nos frères miliciens.
La mer s'agite non loin de nous, couvre quelques bruits et surtout, nous apporte un vent agréable en ce temps qui s'avère extrêmement doux. Je regarde aux alentours, personnes n'est là, chose étonnante avec un temps pareil. Je m'approche d'Ezechiel et me penche de nouveau pour me saisir de son arc.

— Il est mal foutu. Ta corde n'est pas assez tendue et tu n'as pas utilisé le bon bois. Tu n'as pas encore apprit ça au centre d'apprentissage ?

Là où les plus érudits enseignent l'histoire à tous ceux qui le souhaitent. Jeune ou moins jeune, peu importe, Monsieur ne fait aucune différence, sa bonté est offerte à tous. Ils y enseignent énormément de chose comme la lecture, apprendre à compter, à se repérer en pleine nature au cas où une catastrophe viendrait mais aussi à connaître les différentes formes de matériaux, tel que le bois.

— Pourquoi tu voulais t’entraîner à tirer ? Tu comptes rentrer dans la milice ? Ou chez les chasseurs ?

Je le questionne parce que je suis curieux de savoir ce qu'il foutait avec un arc, tout seul, sur la plage. Je désigne également l'objet que je tiens en main, sans le lâcher du regard.

— Qu'est-ce que c'est ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 127
Age du personnage : 20 ans
Fonction/Occupation : Troubadour
Avatar : Logan Lerman

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Ain't that just like me? - Ezechiel 024 05.02.16 13:00

Ce truc ? Bon Ezechiel avait beau être un gentil garçon, il devait bien avouer que la réflexion ne lui avait pas trop plu. Certes il n’était pas expert en la matière mais il avait fait de son mieux. Il n’était pas un artisan et le savait très bien. Ce n’était pas sa qualité première. Alors zut, oui son arc n’était pas parfait mais ça restait son petit bijou… Enfin, il resta tout de même silencieux. Il n’avait pas envie de s’attirer des ennuis parce que son orgueil avait été blessé. Il se contenta de se présenter et d’essayer d’expliquer au mieux ce qui l’avait poussé à enfreindre les règles. Sauf qu’il avait fallu que, comme un imbécile, il laisse traîner son regard sur Josh. C’était la seule chose qu’il possédait vraiment, dont il ne pouvait pas se séparer. Alors il avait du mal à en détourner le regard surtout lorsqu’il sentait que la situation était délicate. Seulement voilà, son regard insistant n’était bien sûr pas passé inaperçu et l’homme avait finalement décidé de s’approcher de l’instrument pour le ramasser. Ezechiel retint alors son souffle. Non.. Non s’il vous plaît. Il pouvait l’engueuler, même le punir mais pas s’en prendre à Josh… Lorsqu’il évoqua la milice, le garçon n’avait pas décroché son regard de son instrument. Il le fixait encore et encore, n’écoutant qu’à moitié ce qui était dit. Surtout qu’il le savait tout ça. Qu’il aurait dû aller voir la milice, qu’il n’avait pas le droit de faire ça tout seul… Mais c’était trop tard maintenant de toute façon. Ce n’était pas comme s’il pouvait revenir en arrière. Leurs regards se croisèrent et Ezechiel ne pu cacher la peur qu’il habitait. Puis l’homme se rapprocha. Une nouvelle fois il retint son souffle alors qu’il le vit se pencher et ramasser son arc. Il sembla l’observer avant de le critiquer une fois de plus. Le jeune garçon ravala sa fierté qui était clairement mal placée en cet instant puis entreprit d’articuler quelques mots.

“Non pas vraiment. En fait… Je n’y vais pas…”

Ezechiel ne savait toujours pas lire. Il avait essayé au début mais n’y arrivait pas. Alors il avait abandonné le centre d’apprentissage. Et puis, il aimait tant jouer de la musique, errer avec Josh dans les rue qu’il avait laissé tout ça de côté. Parce qu’il ne s’y sentait pas à sa place. Il ne pouvait expliquer pourquoi. Ça n’avait pas de raison, c’était juste quelque chose qu’il ressentait au fond de ses tripes. L’homme continua alors son sermon. Ou plutôt il se mit alors à mener une petite enquête, questionnant Ezechiel sur le pourquoi de sa présence sur la plage avec un arc mal foutu. Comment lui expliquer qu’il avait juste répondu à une envie ? Qu’il s’était juste dit que ça pourrait être sympa de tirer à l’arc ? Le temps qu’il mette les idées au clair dans sa tête, on lui posa une nouvelle question. Cette fois, le jeune garçon croisa le regard de son interlocuteur et ne détourna pas les yeux. Parler de Josh le mettait encore et toujours en confiance. Et surtout, il savait qu’il devait à tout prix bien se débrouiller, il ne voulait surtout pas se voir confisquer son instrument. L’arc c’était une chose mais Josh… C’était complètement différent. Si on le privait de musique il ne savait tout simplement pas comment il pourrait faire.

“C’est Josh… Je l’ai fabriqué moi-même il sert à faire de la musique. S’il vous plaît ne me le confisquez pas…”

Le regard d’Ezechiel était réellement suppliant. Il ne pouvait pas s’imaginer une journée sans jouer avec Josh. Parce que c’était ce qui faisait qu’il trouvait sa vie si joyeuse et belle. A vrai dire, il n’avait pas besoin de grand chose. Il savait se satisfaire de petites choses très simples. Mais il ne fallait pas non plus lui mettre des bâtons dans les roues. Il prit alors une grande inspiration. S’il voulait garder Josh il fallait aussi qu’il réponde aux autres questions de cet homme qui semblait clairement appartenir à la milice ou du moins avoir un rôle important. Allez, arrête de paniquer, respire et fais ce qu’il faut pour ne pas que tout parte en vrille. On se lance…

“Je voulais juste apprendre à tirer à l’arc… Juste comme ça, parce que je trouve ça fascinant. Je ne suis pas assez fort pour être dans la milice ou être chasseur, je n’ai pas cette prétention…”

Non, je ne suis qu’un amuseur de rue qui joue de la musique. Et cela convenait parfaitement à Ezechiel. Il admirait Monsieur, il admirait tous ceux qui leur permettait d’avoir une vie tranquille. Mais lui savait qu’il n’était pas de cette trempe là et qu’il devait rester à sa place. Faire de la musique dans la rue et arracher quelques sourires, voilà ce qui lui convenait et ce qui réussissait à le rendre heureux. Alors cette histoire de tir à l’arc ce n’était finalement qu’une lubie. Il savait bien que dans l’organisation de la cité, cela pouvait paraître étrange de faire un truc pareil juste sous le coup d’une impulsion. Mais il n’avait pas réfléchi, il avait ressenti une envie et avait agi, pensant que jamais les miliciens ne douteraient de sa bonne foi. La naïveté incarnée, tout simplement…

“J’accepterai la punition que je mérite mais ne me prenez pas Josh.”

Par pitié.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 118
Double comptes : Dorian S. Porter
Age du personnage : 30 ans
Fonction/Occupation : Agent de la faction d'intervention
Avatar : Chris Evans

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Ain't that just like me? - Ezechiel 024 10.02.16 14:30

— C’est Josh… Je l’ai fabriqué moi-même il sert à faire de la musique. S’il vous plaît ne me le confisquez pas…

Pourquoi il me parle de le lui confisquer ? C’était pas dans mes attentions, à croire que ce gamin est encore plus flippé que je n’le croyais. Ceci dit, c’est vrai que j’aurai pu le lui interdire de retoucher à son instrument pour avoir enfreint les règles ou pire, le détruire sous ses yeux. Nous faisons généralement preuve d’intransigeance mais tout le monde ici est conscient que c’est pour leur bien et que c’est ainsi que les choses doivent se passer.

Mais vu la gueule qu’il tire, j’me vois pas faire ça. Je suis un connard, c’est pas une première, mais c’est pas comme s’il avait commis le crime de parler de ce passé dont ne nous voulons rien savoir. Et j’avoue être un peu curieux de savoir quel genre de musique peut sortir de ce truc en bois.

— Je voulais juste apprendre à tirer à l’arc… Juste comme ça, parce que je trouve ça fascinant. Je ne suis pas assez fort pour être dans la milice ou être chasseur, je n’ai pas cette prétention…

C’est qu’il est humble le gamin.
Quoi que, en vue de sa manière de tirer, peut-être pas finalement.
Par contre, trouver que tirer à l’arc est fascinant est sacrément étrange. J’suis mal placé pour dire ça alors que je suis l’un des meilleurs tireurs de notre section. Une puissance émane du geste en lui-même, une espèce de contrôle que tu maitrise du bout des doigts, par la respiration, par tes yeux. C’est transcendant mais pas accessible à tous.

— J’accepterai la punition que je mérite mais ne me prenez pas Josh.

Je lâche un ricanement sec, moqueur, reculant d’un pas d’Ezechiel, son Josh toujours en main. Pourquoi il l’a appelé comme ça ? Où est-ce qu’il a choppé ce surnom ?

— Te le prendre ? Il ne me servirait à rien. Par contre, j’vais faire mieux que ça. Je jette un coup d’œil à l’instrument, mimant un air de pur désintérêt. Je vais le détruire sous tes yeux et le réduire en miette.

J’hausse les épaules.

— Fallait pas enfreindre les règles bonhomme.

Il tire une de ses tronches monumentales, digne de ceux qui mettent en scène les Outlaws à la gloire de Monsieur et de la Catharsis. Au point que je ne peux retenir mon rire plus longtemps, rauque et beaucoup moins moqueur que je ne pouvais l’être tout à l’heure.
Magistrale cette gueule de 15 km de long, comme si je lui avais annoncé que j’avais tué un pote.

— Ca va respire, j’vais rien lui faire à Josh. Tu peux le reprendre.

Je ricane toujours, amusé par la blague de mauvais goût que je viens de lui faire. Ca va, c’est pour rire, faut pas le prendre trop à cœur avec moi. J’avance d’un pas et le lui tend son instrument, sourire aux lèvres.

— Par contre, j’suis sérieux, tu fais plus ça en cachette. T’aurai pu tomber sur plus con que moi et ton Josh serait déjà entrain de se noyer là-bas.

Je désigne la mer sur ma droite d’un geste du pouce. Les caractères divergent chez les miliciens et je suis loin d’être le plus mauvais et le plus sadique d’entre eux. Même si j’en tiens une bonne couche et un bon niveau, d’où le pourquoi JJ nous affectionne particulièrement avec Carter. Sur le terrain c’est autre chose. Si j’dois traquer les Outlaws j’le ferais. C’est comme ça, on y peut rien.

— Pourquoi tu l’appelle comme ça ? C’est bizarre de foutre un prénom à un instrument. Manquerait plus que tu lui parles avant d’aller te coucher.

Nouveau rire moqueur mais pas méchant. Pas de filtre, je suis plutôt du genre à parler spontanément. Puis j’l’aime bien ce gamin avec ses grands yeux perdus comme si j’allais le bouffer sur place.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 127
Age du personnage : 20 ans
Fonction/Occupation : Troubadour
Avatar : Logan Lerman

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Ain't that just like me? - Ezechiel 024 12.02.16 11:36

Cet homme n’inspirait pas confiance à Ezechiel à vrai dire. Il avait quelque chose d'impressionnant et d’effrayant aussi. Ce petit rire sec qui laissa échapper quand le jeune homme le supplia de ne pas toucher à Josh ne laissait rien présager de bon…. Au contraire. C’en était même glaçant. Le jeune homme le regarda donc, incapable de masquer son quiétude. Il se sentait profondément vulnérable et savait très bien que cela était justifiée. Il n’était qu’un pauvre gosse, sans défense et qui ne pourrait rien faire contre la décision de quelqu’un de rang supérieur. Il était complètement à la merci des volontés des autres. Alors oui, il était inquiet et ne cherchait même pas à s’en cacher. Quand l’homme commença à dire qu’il ne lui confisquerait pas Josh, Ezechiel sentit son cœur se gonfler de soulagement. Puis ce fut l'ascenseur émotionnel. Une sorte de chute vertigineuse. Quoi ? Non, ce n’était pas possible. Il avait mal entendu. Le détruire ? Non ça ne pouvait pas être ça ! Le léger sourire qui avait commencé à s’afficher sur le visage du garçon s’était vite effacé pour laisser place à une expression de désarroi. Il était anéanti. Non il n’aurait pas dû enfreindre les règles mais ça n’était arrivé qu’une fois. Il n’avait fait de mal à personne, n’avait en aucun cas parlé du passé alors pourquoi une sanction aussi terrible ? Ezechiel était prêt à accepter beaucoup de choses mais ça non. C’était le pire qu’on pouvait lui faire.

“Non, je vous en supplie, non !”

La voix d’Ezechiel était à moitié brisée et il sentait déjà les larmes lui monter aux yeux. Josh était tout ce qu’il avait, sa seule source de bonheur. Il ne pouvait pas imaginer une seule seconde qu’il disparaisse. C’était tout bonnement impossible, inimaginable. C’était la pire chose au au monde… Alors quand l’autre type se mit à rire, il ne comprit pas tout de suite pourquoi. Etait-il sadique à ce point ? N’avait-il donc aucune compassion ? Puis il reprit la parole et Ezechiel le regarda complètement incrédule. Une blague ? Ce n’était qu’une blague ? Et il trouvait ça drôle ! Lorsqu’il lui tendit Josh, le garçon l’attrapa vivement et ne pu s’empêcher de le foudroyer du regard au passage. Il n’avait vraiment pas trouvé ça drôle. Pas du tout. Bien au contraire. S’il était soulagé de savoir que Josh était maintenant dans ses mains, il était fou de rage. L’autre s’était amusé à le torturer et s’était ouvertement moqué de lui, apparemment pour sa propre satisfaction. Alors quand il lui fit des réprimandes, Ezechiel s’appliqua à fixer Josh pour éviter d’avoir un regard insolent.

“Oui monsieur.”

Il avait marmonné ça dans sa barbe. Parce qu’en soit il ne voulait vraiment pas s’attirer d’ennuis et qu’il ne prendrait jamais le risque de faire abîmer Josh mais… Ce type se croyait moins con que les autres ? Au contraire, Ezechiel le trouvait assez stupide sur ce coup. Il ne comprenait pas qu’on puisse jouer avec les émotions des gens comme ça. Il ne comprenait pas que ça puisse lui procurer autant de satisfaction de l’avoir vu littéralement mort de peur à l’idée que son instrument de musique, son fidèle compagnon se fasse anéantir. Non vraiment, il ne comprenait pas. Alors quand l’autre se moqua encore de lui du fait qu’il ait donné un nom à un objet, le jeune homme se crispa légèrement. Il releva alors la tête vers son interlocuteur, faisant au mieux pour ne pas avoir un regard mauvais ou agressif. Mais il était réellement blessé par ce qu’il venait de dire.

“Et bah je lui parle à vrai dire.”

Et bim. Ezechiel savait qu’il était bizarre et que ça pouvait paraître complètement dingue. Mais après la catharsis, il s’était retrouvé tout seul, comme les autres. Sauf qu’il en s’était pas tout de suite lié à qui que ce soit. Non, il était resté dans son coin et avait fini par se débrouiller par lui-même. La personne la plus proche de lui… Il était incapable de le dire. Josh lui par contre était toujours à ses côtés. Toujours là pour rompre le silence quand il le trouvait trop pesant, pour l’aider à redonner le sourire aux gens. Alors oui il lui avait donné un vrai prénom et oui il lui parlait sans doute le soir avant de se coucher que ça plaise ou non à l’autre brute.


“Il est parfois plus humain que vous.”


Oups. Boulette. Alerte rouge. Le regard froid qu’Ezechiel adressait à son interlocuteur se transforma en quelques secondes en regard de panique. Imbécile. C’était sorti tout seul. Instinctivement, il resserra ses bras autour de Josh et recula de quelques pas. Ok, là, il avait vraiment fait n’importe quoi.

“Je… Je suis désolé.”
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 118
Double comptes : Dorian S. Porter
Age du personnage : 30 ans
Fonction/Occupation : Agent de la faction d'intervention
Avatar : Chris Evans

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Ain't that just like me? - Ezechiel 024 17.02.16 11:45

— Et bah je lui parle à vrai dire.

Pourquoi est-ce que je ne m’en suis pas douté plutôt ?
Je trouve ça assez bizarre de parler à son instrument de musique, je suppose que c’est pour se sentir moins seul et se donner l’illusion d’une compagnie. Ou tout simplement parce que ce gamin déclare un début de folie. On en a vu ici, plusieurs même, tombant dans la folie de ne plus se souvenir de rien, de s’inventer une nouvelle vie et se rebellant parfois contre Monsieur. C’est triste à voir mais les méthodes sont généralement drastiques et express. Ils doivent servir d’exemple et même si malheureusement ça n’est pas beau à voir, nous n’avons pas le choix pour maintenir l’ordre au sein de la cité. Monsieur compte sur nous, nous ne devons pas le décevoir.

Mains sur les hanches, je regarde ce gamin, amusé, tenant farouchement … Josh, entre ses bras. Ça en serait presque mignon si je n’étais pas au fin fond de moi un connard invétéré.

— Il est parfois plus humain que vous.

Mon sourire s’estompe et je hausse les sourcils.
Est-ce que ce petit merdeux venait clairement de me dire que j’étais moins humain que son instrument à la gueule cabossée ?
Ça m’en a tout l’air, d’autant plus que son regard se mue aussitôt en une panique profonde et sourde qui lui métamorphose le visage. Il resserre ses bras autour de Josh, recule de quelques pas et se chie clairement dessus.
Garçon, t’as vraiment merdé.

— Je… Je suis désolé

Je m’approche de lui et une seule enjambée me suffit pour arriver à sa hauteur et lui claquer une main derrière le crâne, air faussement agacé sur le visage. L’insolence de ce gamin aurait pu me foutre en boule mais étonnement, il m’amuse. Peut-être que c’est tout simplement grâce à son manque de courage évident mais aussi à ses tentatives de s’affirmer, sans grande succès certes, mais tout de même.

— Eh ! On t’as pas suffisamment apprit à respecter la milice ?

Je joue clairement de mon statut pour, encore une fois, le faire monter en pression. C’est amusant pour moi mais certainement pas pour lui. En même temps c’est le but de la manœuvre, j’essaie pas d’être gentil. Enfin pas tout de suite.

— Les exemples donnés en place publique ne te suffit pas à ravaler ton insolence 024 ? Tu sais que tu risques bien pire que de perdre Josh si tu continues sur ce terrain.

Droit, regard menaçant, ton froid et tranchant. Si Carter avait été là, elle m’aurait offerte la même claque derrière le crâne que j’ai attribué à Ezechiel pour mes conneries.
Certes, ce n’est qu’un gamin mais il se doit malgré tout d’affirmé un certain respect envers la milice qui, au passage les protèges de ces enfoirés d’Outlaws qui cherchent à foutre la merde dans notre camp.

— Je te rappelle que la milice risque sa peau pour que des p’tits merdeux comme toi puissent vagabonder sur la plage tranquillement.

C’est une vérité et une évidence, ça ne lui fera pas de mal de le lui rappeler.
Je me penche et attrape l’arc qu’il a fabriqué maladroitement, sous toutes les coutures avant de me relâcher et d’afficher un air plus tranquille, voir presque souriant. Une idée m’est venue tout à l’heure et j’me dis que ça ne serait pas de refus que d’entrainer ce gamin à l’arc. Peut-être qu’il pourrait faire partie de nos rangs plus tard, nous ne sommes jamais de trop pour renforcer nos rangs ou pour faire partie des chasseurs qui nous ramènent la viande pour nous nourrir.

— Si tu t’excuse comme il se doit, je t’entraine au tir à l’arc. Mais au camp d’entrainement de la milice, pas ici. Et avec un vrai arc que tu n’auras le droit de toucher que lorsque tu seras sur le terrain. Hors enceinte milicienne, il retourne à l’armurerie.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 127
Age du personnage : 20 ans
Fonction/Occupation : Troubadour
Avatar : Logan Lerman

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Ain't that just like me? - Ezechiel 024 19.02.16 12:01

Ce sourire qui disparaît… Pendant quelques instants, Ezechiel eut l’impression que le temps venait tout simplement de ralentir. Il avait vu, tout doucement, l’expression sur le visage de son interlocuteur changer du tout au tout. Passer d’un air sûr de lui, amusé et moqueur, il fallait bien le dire à quelque chose de bien plus… Froid. Son cœur s’affolait dans sa poitrine. Lui il aimait amener le sourire sur le visage des gens et pas l’inverse. Certes il avait été blessé par les propos de son interlocuteur mais ce n’était pas pour autant qu’il voulait tout d’un coup le transformer en une personne effrayante. Non vraiment pas. Alors quand il le vit s’approcher de lui et lever la main, le jeune homme ferma les yeux et remonta ses épaules, crispé. C’était un peu un système d’auto-défense. Il se préparait à recevoir sa punition. Et il reçu finalement un simple coup derrière la tête. Une petite claque pas méchante mais qui lui fit clairement comprendre qu’il avait dépassé les bornes. Il rouvrit ensuite doucement les yeux, encore méfiant. Respecter la milice ? Si bien sûr… Il baissa alors la tête. Il les respectait vraiment et admirait ce qu’ils faisaient pour eux. Il avait juste dérapé… Tête basse il ressemblait clairement à un gamin pris en faute. Sauf que lui ne s’en rendait pas compte puisque les enfants n’étaient plus parmi eux… Les exemples donnés en place publique ? Ezechiel sentit un long frisson lui parcourir l’échine. Oh si, il s’en rappelait très bien. Il secoua alors négativement la tête. Il comprenait, il savait tirer des exemples de tout ça, il ne voulait pas faire d’erreur. La milice voulait leur bien à tous. Et lui, comme un idiot, il avait manqué de respect à l’un de ses représentants parce qu’il s’était senti vexé. C’était idiot et égoïste, il en avait conscience. Alors, tandis que l’homme lui rappelait l’importance de cette milice, Ezechiel, releva tout doucement la tête, encore un peu effrayé et lui adressa un regard désolé.

“Oui et j’en suis très reconnaissant…”

Ezechiel était sincère. Monsieur était son exemple absolu, il l’adulait. Alors il respectait par essence ceux qui appliquaient ses lois et qui faisaient en sorte que tout se passe mieux ici. Il ne remettait pas ça en doute. Il avait juste été maladroit. Il avait juste parlé un peu trop vite, sans le vouloir… Et d’ailleurs, il pensait que l’homme allait lui donner un dernier avertissement puis lui dire de ficher le camp. Ce serait logique après ce qu’il venait de faire. Mais non. Il attrapa l’arc qui se trouvait toujours là et puis reprit la parole. Ses mots figèrent complètement le garçon sur place. Il ouvrit grand les yeux et sans qu’il ne puisse faire quoi que ce soit pour le retenir, un immense sourire prit place sur son visage.

“Vraiment ?”

Il ne pouvait pas avoir entendu, c’était impossible. Après l’insolence dont il avait fait preuve, avec la série de maladresses qu’il venait d’enchaîner, l’homme lui proposait réellement de lui apprendre à tirer à l’arc ? Ça lui paraissait complètement incroyable, complètement dingue. Son rythme cardiaque refusait de se calmer mais c’était différent. Cette fois c’était à cause de la joie, de l’excitation soudaine qu’il ressentait. C’était juste incroyable. Il se rendit alors compte qu’à force d’enthousiasme il en avait oublié la condition première évoquée. Se sentant alors un peu stupide, le jeune homme fit de son mieux pour faire disparaître son sourire et reprendre la parole sur un ton légèrement plus solennel. Cependant, il avait beau lutter, son regard trahissait ce sourire que ses lèvres essayaient d’étouffer.


“Je suis désolé. Je n’aurais jamais dû vous parler ainsi. Ce doit être à cause de ma jeunesse et de mon manque d’éducation… J’espère que vous pourrez accepter de me pardonner.”


Ezechiel baissa alors la tête. Mais pas pour se cacher cette fois, pas parce qu’il avait honte. C’était une façon de montrer sa soumission à cet homme qui représentait la milice, qui représentait l’ordre établi par Monsieur et qui venait de lui proposer quelque chose d’incroyable. Il devait être reconnaissant. Il devait faire taire cette petite voix qui l’avait poussé à dire n’importe quoi. Tirer à l’arc ! Il allait pouvoir apprendre, avec ça en plus de la musique, ses journées seraient merveilleuses il n’en doutait pas une seule seconde. Il était heureux, tout simplement et comptait bien profiter de cette seconde chance. Il saurait se tenir à carreaux !
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 118
Double comptes : Dorian S. Porter
Age du personnage : 30 ans
Fonction/Occupation : Agent de la faction d'intervention
Avatar : Chris Evans

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Ain't that just like me? - Ezechiel 024 22.02.16 12:17

— Vraiment ?
— Non, j’me fou de ta gueule… Court silence. Mais oui, vraiment.

Mon sourire s’élargit au même rythme que le sien. J’ai l’impression de lui avoir annoncé que Monsieur lui accorde un entretien privé, rien que pour lui, pour le félicité de je ne sais quel bon geste.
Une once de fierté s’insinue chez moi de savoir que je suis la cause de ce sourire et j’me dis qu’après tout, ça n’est pas une mauvaise idée de l’entrainer. Si ce gamin peut devenir au fil du temps un bras armé pour nous aider, autant en profiter. Et au moins, il ne risquera pas de faire je ne sais quelle connerie tout seul sur la plage.

Ezechiel a l’air de lutter pour ne pas avoir l’air trop content mais autant dire que c’est peine perdu. Il a les yeux brillants, les lèvres tirées à leur maximum et les joues rouges d’émotions.
Bordel, si j’avais su que de lui proposer ça lui donnait autant de sensations… J’me demande ce que ça sera devant sa première fois avec sa petite copine.

— Je suis désolé. Je n’aurais jamais dû vous parler ainsi. Ce doit être à cause de ma jeunesse et de mon manque d’éducation… J’espère que vous pourrez accepter de me pardonner.

Qu’il est amusant ce gosse à se soumettre avec autant de facilité mais ça en deviendrait presque trop agaçant. Il n’a pas l’air d’avoir l’once d’un caractère. Ou plutôt, il possède suffisamment de jugeote pour ne pas froisser un milicien qui pourrait lui faire payer cher son insolence précédente.

— Ca va, n’en fait pas trop. Je ricane, taquin. C’est pas non plus la fin de la Catharsis.

Et encore heureux, une fois nous a suffi et certains ont eu plus de chance que d’autre. Moi le premier. Si je n’avais pas eu Carter à mes côtés dès mon réveil, pas sûr que je sois aujourd’hui milicien ou même encore en vie. Ou alors j’aurai été comme Daniel, un sauvageon paumé en pleine nature depuis des années.
Geste spontané, je lui donne une petite tape dans le dos, comme une sorte d’encouragement ou de fraternisation.

— Mais effectivement, tu manques un peu d’éducation. Je pense qu’il serait bon pour toi que tu te présentes à certains cours la journée. Ils proposent des sujets diverses. L’écriture, lecture, histoire de Monsieur et même les divertissements.

Musique et théâtre, essentiellement. Mais aussi l’étalage de couleur sur les toiles dont la pratique m’est déjà sorti de la tête. Je demanderais tout à l’heure à Carter de me le rappeler.
J’ai moi-même des difficultés à écrire et à lire mais c’est une chose sur laquelle j’ai durement travaillé car même si JJ 13 n’engage pas des miliciens pour leur aptitude à l’écriture, elle ne veut pas non plus des écervelés. L’enseignement est laborieux, j’ai clairement un mal fou à intégrer l’apprentissage lorsqu’il n’est pas manuel.

D’un geste, je l’invite à prendre la direction opposée pour quitter la plage. Je marche à ses côtés, affichant toujours cette stature droite et automatique du Milicien que je suis. Les habitudes finissent sérieusement par rentrer.

— Pour les cours de tir à l’arc, je te propose de faire ça tous les cinq jours pour le moment et selon mes disponibilités. Il n’est pas rare de nous voir envoyé en mission à la dernière minute.

Comme pour la dernière prise que nous avons faite… JJ nous convoque un beau matin et c’est partie pour la mission qui demande facilement trois jours de rôde autour d’un camp d’Outlaws. Une vraie merveille. Je me rappelle avec précision le regard de la gamine que j’ai failli percer de ma flèche. Encore une fois, ce genre de chose n’est jamais simple mais face à l’ennemi, nous ne pouvons pas nous permettre d’avoir des états-d’âmes.

— Tu commences dès demain matin. Tu vois la Maison Mère ? Je te veux devant la première porte du quartier de la milice dès lors que le Soleil se lèvera sur la maison de Monsieur.

Je tourne mon regard vers lui, tout en continuant de marcher à ses côtés.

— Moindre faux pas, tu dégages, ok?
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 127
Age du personnage : 20 ans
Fonction/Occupation : Troubadour
Avatar : Logan Lerman

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Ain't that just like me? - Ezechiel 024 28.02.16 18:52

Cet homme était étrange, il n’y avait rien à dire. Ezechiel ne comprenait pas toujours son humour et avait même été blessé par ses réflexions au début. Mais là ce n’était pas important. Il ne releva même pas sa petite taquinerie face au fait qu’il ne revenait pas de la nouvelles. Aucune importance, non. Le jeune homme avait déjà dépassé les bornes, il ne devait pas recommencer aussi stupidement et risquer de se priver d’une chance aussi incroyable. Il s’était donc contenté de baisser la tête, d’exprimer sa soumission, faisant comprendre qu’il avait bien compris la leçon. Le rire de son aîné lui paru une nouvelle fois étrange et le poussa à relever la tête. Il esquissa un sourire assez maladroit face à la petite blague de l’homme. Oui bon, ok, il passait un peu pour un idiot mais faisait de son mieux… Il chercha donc à accentuer son sourire, qui ressemblait tout de même pas mal à une grimace, lorsque l’homme lui donna une tape dans le dos. Il n’était pas habitué à ce genre de geste et ne savait pas exactement ce que cela voulait dire. Mais ce n’était pas agressif, ce devait être plutôt positif. Sourit Ezechiel, petit à petit tu vas t’y faire. Il hocha alors soigneusement la tête quand l’homme lui conseilla d’aller prendre des cours. Oui il devait aller prendre des cours c’était indéniable. Mais Ezechiel restait sur cette idée qu’il était nul pour apprendre à lire et à écrire et quelque part, oui il n’aimait pas se retrouver dans cette situation d’échec. Pourtant, si c’était une condition pour apprendre l’arc peut être qu’il devait dépasser ça.

« Oui je vais faire un effort. »

En soit, Ezechiel adorerait assister à des cours d’histoire sur Monsieur. Cela le fascinait. Mais l’écriture et la lecture le bloquait encore. Il préférait écouter ou voir, interpréter un mouvement, une inflexion sonore. Et en même temps, pouvoir lire des histoires, ce serait peut être fantastique… Toutes ces choses plongèrent le jeune homme dans d’intense réflexion. Il y avait encore tellement de choses qu’il ne connaissait pas, dont il ne pouvait même pas soupçonner l’existence. Toujours un peu perdu dans les méandres de son propre esprit, le jeune homme suivit son aîné alors qu’il l’invitait à reprendre la marche et à quitter la plage. Josh bien serré dans ses bras avec son arc un peu pourri il fallait bien l’avouer, il marchait presque à l’aveuglette et reconnecta avec la réalité au son de la voix de son aîné.

« Oui je comprends. »

Tous les 5 jours c’était incroyable. Alors cet homme était vraiment prêt à donner de son temps pour lui… Ezechiel était tout simplement subjugué par cette idée. Comme il le disait si bien, il avait des missions. En tant que milicien il était très occupé. Alors lui accordé du temps comme ça… C’était vraiment un geste, une main tendue vers lui. Ezechiel n’avait pas le droit de le décevoir et il en prenait conscience de minute en minute. Il sursauta presque lorsque l’homme lui déclara qu’ils commenceraient les séances dès le lendemain. Le jeune homme le regarda d’abord avec des yeux de merlan frit avant de se reprendre et d’hocher la tête, plus qu’enthousiasme à l’idée que le lendemain, il prendrait son premier cours de tir à l’arc. Son regard croisa alors celui de l’homme qui lui donna un dernier avertissement concernant sa conduite. Nouveau hochement de tête de la part d’Ezechiel.

« Je ne vous décevrai pas ! »

La voix du garçon trahissait son enthousiasme mais aussi sa sincérité. Il ne voulait pas décevoir. Il était actuellement sur un petit nuage et avait juste envie de prolonger cette sensation. Des images défilaient dans sa tête mais aussi des sons. Oui cette joie intense qu’il ressentait lui donnait envie de l’exprimer par Josh. Et il le ferait sans doute dès que l’homme l’aurait quitté. Mais avant ça…

« Excusez-moi mais… Comment dois-je vous appeler ? »

Au début, Ezechiel allait demander son nom à l’homme mais peut être devait-il l’appeler par son matricule. Alors, ne voulant surtout pas faire une nouvelle boulette, il avait préféré demander directement à son interlocuteur quel était son choix par rapport à tout ça. Un moyen de protéger ses arrières en un sens. Mais il voulait quand même une information car si lui avait décliné son identité rapidement, ce n’était pas le cas de l’homme. Ezechiel le regardait donc, attendant une réponse et manqua de bousculer quelqu’un qui arrivait en sens inverse. Il ne s’était même pas rendu compte qu’ils s’étaient déjà éloignés de la plage et que les lieux commençaient à être un peu plus peuplés. Une vraie tête en l’air.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 118
Double comptes : Dorian S. Porter
Age du personnage : 30 ans
Fonction/Occupation : Agent de la faction d'intervention
Avatar : Chris Evans

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Ain't that just like me? - Ezechiel 024 01.03.16 12:12

— Je ne vous décevrai pas !
— T’as plutôt pas intérêt.

Et même si je ricane comme un bien heureux, je suis honnête. Ce mioche n’a pas intérêt de jouer les fanfarons alors que je vais lui accorder de mon temps pour lui apprendre le tir à l’arc. C’est pas quelque chose que j’accorde à tout le monde, mais ce gosse a un quelque chose qui me plait. Peut-être sa trop grande naïveté, cet air nonchalant un peu paumé qui n’a pas l’air de savoir où il va.
Et bordel, il est tout le temps entrain de sourire.

Il a l’air motivé et même si demain je me poserais la question « Pourquoi est-ce que j’vais faire ça », je m’en tiendrais à mon engagement. Il aura ses « cours » improvisé comme je le lui ai dit et encore une fois, si ça peut nous permettre d’avoir plus de bras en cas d’attaque, ça ne sera jamais du temps perdu.

— Excusez-moi mais… Comment dois-je vous appeler ?
— 22 ou Alexander 22.

Et rien de plus pour le moment, c’est pas comme si nous étions potes lui et moi ou comme s’il était mon petit protégé. Je ne veux pas lui donner la confiance trop vite, histoire de lui rappeler lorsqu’il le faut à qui il a à faire pour éviter qu’il ne prenne ses aises trop facilement.
Toujours droit, je ne me permets même pas de mettre les mains dans les poches bien que je sois en congé. J’ai l’impression que la posture de milicien me colle à la peau et ça n’a rien de surprenant lorsque l’on sait que je ne vis que pour ça. Agir sur le terrain, me battre, chasser les éléments perturbateurs, servir Monsieur.

La foule commence à nous entourer et à s’épaissir au fur et à mesure que nous avançons et que nous rejoignons le cœur de la Cité.
Je m’arrête près d’un renfoncement, suivit par Ezechiel, mains sur les hanches.

— Donc, t’oublie pas. Demain matin, aux premières lueurs t’es devant la première porte du quartier de la milice. Mon regard perce presque le sien, sûr de moi et surtout, sans appel. Un rendez-vous loupé et tu peux dire adieu à cette chance.

J’attends son approbation avant d’acquiescer d’un signe de la tête, lui accordant un dernier sourire.

— Bon, à demain alors.

Je regarde une dernière fois « Josh », retenant un ricanement amusé entre les lèvres et m’éclipse sans un autre regard.
En vérité, je suis curieux de savoir comment fonctionne ce truc mais c’est pas le sujet pour le moment. J’aurai un tas d’autre occasion de voir comment il se sert de son instrument pour faire jouer ces mélodies qui passionnent tant les gens d’ici.

Je déambule tranquillement entre les allées, saluant mes paires mais surtout, avec pour objectif de rejoindre Carter dans le camp de la milice. Elle aime s’isoler pour s’entrainer, c’est une vraie machine de guerre et j’ai l’impression qu’elle ne s’arrête à aucun moment de la journée. Quand elle ne bosse pas avec moi, elle est soit entrain de courir, soit entrain de se perfectionner, rare sont les moments où je la vois se détendre réellement.
J’arrive rapidement au camp et la trouve effectivement isolée dans une salle, frappant dans un sac de sable avec toute la hargne qu’elle possède.

— On revient d’une mission de trois jours et t’es déjà entrain de taper dans un sac ?

Je suis déjà près d’elle, glissant mes mains sur ses hanches, sourire carnassier sur les lèvres.

— Ca ne serait pas l’heure de ta pause ?

Moi je crois bien que si.

▬ FIN POUR MOI ▬
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Ain't that just like me? - Ezechiel 024

Revenir en haut Aller en bas
 

Ain't that just like me? - Ezechiel 024

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Catharsis 23 :: LA CITÉ :: LA BAIE :: Plage-