AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 [Event n°1] Chasse à l'homme.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Messages : 118
Double comptes : Dorian S. Porter
Age du personnage : 30 ans
Fonction/Occupation : Agent de la faction d'intervention
Avatar : Chris Evans

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: [Event n°1] Chasse à l'homme. 28.10.15 9:52

► [Event n°1] Chasse à l'homme. ◄
Carter & Alex


Allongé sur le ventre, yeux grands ouverts, je n’ose pas bouger tant je suis bien enfoncé dans mes oreillers et au chaud sous mes draps. Pas un bruit ne perturbe cette tranquillité et j’y trouve un apaisement que j’apprécie de plus en plus, au fil du temps. Je déteste les endroits trop bruyants, trop peuplé, trop… oppressant. Les gens m’emmerdent rapidement à vrai dire et me tape vite sur les nerfs. Pas que je sois un associable, j’suis même plutôt déconneur mais il ne faut pas attendre de moi une amabilité à toute épreuve lorsque les bruits et les gens se font de trop. Alors je profite du silence mais aussi du temps qu’il me reste à pouvoir me prélasser dans mon pieu. Je me fie à cette boule lumineuse qui s’élève chaque matin dans le ciel pour savoir quand est-ce qu’il sera l’heure de me tirer de mes draps et de rejoindre le camp pour un énième entraînement. Et aussi martyrisé un peu le p’tit nouveau. Pas méchamment, ça va de soi. Si c’était le cas nous irions à l’encontre des 5 préceptes de Monsieur et j’suis pas sûr que la Boss apprécie de savoir qu’on se la joue aux caïds avec une jeune recrue. Non, on aime juste bien l’emmerder un peu mais il sait qu’il pourra compter sur nous si besoin. C’est un frère, un membre à part entière de la Milice. Il fait partie des nôtres maintenant.

Les premiers rayons s’élèvent et je me tire de mes draps dans un soupire lourd de sous-entendu : Je serais bien resté quelques minutes de plus. Mais l’entrainement n’attend pas et le patron non plus. Je passe par la salle que je privilégie pour me laver, me passe un rapide coup d’eau froide rapidement sur le corps avant d’enfiler ma tenue de la Milice toujours aussi propre et impeccable que possible. Pantalon de toile, tee-shirt vert, rien de plus simple. Nos couleurs représentent l’autorité et si au début il a été compliqué de se foutre dans le crâne qu’il fallait n’avoir aucune hésitation pour prendre en chasse les Outlaws, c’est devenu rapidement une évidence. Ouais, tuer des humains c’est jamais vraiment évident. Surtout quand ça concerne des gosses d’à peine 20 ans… mais c’est pour le bien de tous. C’est comme ça. Alors j’le fais parce qu’on n’a pas tellement le choix si on veut que la paix règne. Ils sont là pour foutre la merde, on nous l’a montré alors pourquoi est-ce que nous les laisserions venir ravager tout ce que nous avons construit avec leur souvenir à la con ? J’en veux pas de leur merde, pas après avoir vu ce que nous avions fait de la Terre. Non, ne pas se souvenir, c’est très bien comme ça. Pas d’erreur, pas de connerie, on recommence tout de zéro et on fait les choses bien. Point.

Je prends un vieux récipient de métal sur la table et le rempli d’un liquide froid et noir que je bois d’une traite. C’est pas tous les jours que nous y avons le droit alors j’en prends qu’une fois tous les deux jours. On peut dire merci au patron pour ça, elle sait comment nous récompenser quand on fait les choses bien.

— 022 !

Deux coups dans la porte.
Je pose le récipient et me dirige vers la sortie de mon quartier, de mon lieu de vie qui est encore plongé dans la peine-ombre malgré les quelques rayons du jour. J’ouvre le battant de bois et fait face à Kray qui, presque aussi grand que moi, se tient toujours aussi droit. J’me demande parfois s’il n’a pas quelque chose de coincé là-dedans pour ne jamais se détendre.

— Votre Supérieur vous demande avec 029.
— Si tôt ?

Il me fixe sans broncher, comme si ma question n’avait pas lieu d’être et qu’il ne l’avait pas entendu.

— Bon… Je devais aller voir 029, je vais la prévenir.
— Bien.

Il me fait un salut et se tire. Ce type ressemble à un bloc de pierre sur jambe. Aussi raide et aussi robuste, mais surtout, aussi inexpressif. Je ferme la porte derrière moi avec une petite clé de métal que je glisse dans ma poche et quitte mes quartiers pour descendre deux étages plus bas. Je croise mon reflet dans un miroir et passe une main sur ma barbe fraichement coupée avant de poursuivre ma route et de me présenter devant une porte tout au fond du couloir. Je ne prends pas la peine de frapper, ça fait longtemps que je ne le fais plus. En revanche, j’entre discrètement, limitant mes bruits de pas pour traverser son Quartier de vie qui est d’ailleurs toujours aussi bien rangé comparé au mien qui se trouve être parfois en bordel. La Boss n’apprécie pas trop les rares fois où elle vient personnellement nous voir pour nous féliciter ou quelque chose dans ce goût-là. Je marche jusqu’à la pièce où Carter doit être entrain de roupiller comme un nouveau-né et pousse la porte avant de me jeter sur le lit de tout mon long, comme si j’étais chez moi, comme si c’était mon plumard.

— Debout là-dedans !

Grand sourire jusqu’aux oreilles, je glisse mes bras derrière ma tête et porte mon regard vers Carter qui à la gueule ensommeillée. Elle est avec moi depuis le début, c’est elle qui m’a aidée à apprendre à lire et écrire, avec toute la patience d’une pédagogue. C’est dingue quand on voit à quel point elle peut avoir un caractère de merde à côté. Mais c’est pour ça que je l’aime bien. Elle me fait penser aux flammes d’un camp de sédentaire que nous sommes parfois amenés à brûler.

— C’est plus l’heure de rêver de moi, c’est bon j’suis là. Tu peux m’toucher en vrai.

Je l’sais que je lui manque tout le temps.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 169
Age du personnage : 28
Fonction/Occupation : Agent faction Intervention
Avatar : Emmy Awesome Rossum

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [Event n°1] Chasse à l'homme. 08.11.15 0:03

Cela n’était pas nouveau, des nuits comme celle-là, il y en avait eu des dizaines, des centaines, sans doute même plus.

Au beau milieu de la nuit, les yeux de la jeune femme s’étaient ouverts sans raison aucune. Le silence régnait dans sa chambre et la pénombre ne laissait rien entrevoir, pas une ombre, pas une forme naissante…le noir le plus total. Carter avait essayer de se rendormir, elle était resté ce qui lui avait semblé une éternité immobile et silencieuse, son corps s’était tourner dans un sens, puis dans un autre, mais rien ne semblait y faire, elle était entièrement et totalement éveillée. L’ennui la gagnant et l’impatience prenant le dessus, elle avait décidé de mettre ce temps supplémentaire à profit, elle s’était donc levée, avait enfiler un t-shirt et un pantalon de sport et s’était dirigé vers le quartier d’entraînement, prenant soin de rester la plus discrète possible alors qu’elle déambulait dans les couloirs déserts de sa division.

Après avoir traversé les différentes salles, elle avait rejoint l’extérieur du camp d’entraînement, un vaste terrain vide et sableux s’étendait devant elle et bien qu’aucune lumière ne l’éclairât, elle en connaissait les moindres détails, c’était sans doute l’endroit de la cité où elle avait passé le plus de temps ces cinq dernières années. Elle se souvenait parfaitement de la première fois qu’elle avait pénétré au cœur de la ville, elle était épuisée, affamée et bien qu’elle essayât de ne pas le montrer un peu effrayé aussi. Elle était passée d’une ville dangereuse et sans dessus dessous à une fourmilière ou tout semblait trop bien fonctionner, chacun s’affairait à sa tâche, les visages étaient souriants et accueillants et elle s’était soudainement sentie comme une étrangère, comme si elle n’était pas à sa place. Cette sensation s’était vite dissolue, elle avait intégré la milice et s’était donné corps et âme à cette organisation qui lui laissait percevoir pour la première fois depuis son réveil, l’espoir d’un avenir.

Elle avait pris quelques minutes pour réaliser quelques étirements avant de s’élancer à vitesse modérée sur le sol terreux qui l’entourait. Courir était indispensable pour la jeune femme, elle avait besoin de ce temps de solitude et d’effort, besoin de pouvoir se défouler, de se déconnecter. C’est sans doute ses séances impromptues qui avaient fait d’elle une des plus furtive de la milice, elle était capable de se déplacer rapidement et discrètement et la nuit qui désavantageait beaucoup de ses comparses et ennemies, était pour elle une alliée de taille, c’est dans l’obscurité qu’elle se sentait le plus à l’aise et que ses habilités se développaient à leurs maximums.

Lorsqu’elle eut enfin la sensation de s’être suffisamment fatigué sur la piste de courses, elle retourna dans la chaleur du camp et continua son entraînement jusqu'à n’en plus pouvoir. Quelques heures s’étaient écoulées depuis qu’elle avait quitté ses draps et elle ne pensait désormais plus qu’à les rejoindre, elle passa son chemin sur les vestiaires, elle n’avait de toute façon pas amené le moindre vêtement et puisque les siens étaient plus que transpirant, elle préféra réaliser ses ablutions dans sa propre chambre.

Elle se laissa retomber brusquement sur son lit, ses cheveux mouillés lui revinrent sur le visage et elle passa une main un peu fatiguée sur son visage, si quelques vagues pensées se mélangèrent pendant quelques secondes, elles disparurent bien rapidement lorsque ses yeux se refermèrent sans prévenir.

_____

Un poids vient soudain s’écraser à côté d’elle, le faisant sortir du sommeil qu’elle avait eu tant de mal à trouver, elle n’a pas vraiment besoin d’attendre d’entendre le son de sa voix pour savoir qui vient la surprendre de façon si matinale. Il s’était écoulé ce qui lui semblait parfois toute une vie depuis le jour où elle s’était éveillée et avait poser son regard sur l’abruti qui gisait à ses côtés en l’instant. Si on lui avait dit à ce moment précis qu’il deviendrait son seul repère dans cette nouvelle vie qu’on lui imposait, elle aurait probablement levé les yeux au ciel avant de répondre que son univers ne tournait qu’autour d’elle et personne d’autre, quelque chose dans ce goût-là et autant dire qu’elle se serait fortement fourvoyée. Elle ouvrit les yeux et jeta un coup d’œil en direction du grand brun avant de ramener son visage au creux de son oreiller en marmonnant quelque chose de complètement inaudible.

« C’est plus l’heure de rêver de moi, c’est bon j’suis là. Tu peux m’toucher en vrai. »

Elle releva la tête et s’appuya sur ses coudes, lançant un regard sceptique au jeune homme avant de laisser échapper un petit sourire, parce que oui, c’était du Alex tout craché et que malgré le comique de répétition, elle ne pouvait s’empêcher de s’en trouver amusé. La jeune femme se laissa retomber sur le dos et tourna la tête en direction de son ami.

« J’espère pour toi que t’es pas venue là pour te faire tripoter parce que si c’est le cas t’auras plus de chance avec ton voisin de chambre ! » Lui lança-t-elle avec un air amusé.

La chambre de Carter était baignée dans une vague lueur rosée, le soleil était à peine levé lui semblait-il et elle en déduit qu’elle n’avait dû dormir que deux heures tout au plus, c’est sans doute pourquoi elle devait à présent lutter contre l’envie de refermer ses yeux.

« Vu l’heure, j’espère que tu m’as au moins amener du café ? ou un cadeau parce que tu sais à quoi tu t’exposes en me réveillant depuis le temps. »

Elle ne laisse guère le temps de répondre à Alexander avant d’ajouter en levant la main vers lui.

« Et non, je t’arrête tout de suite, toi, tu ne comptes pas comme un cadeau. »
Elle s’amusa de sa précision toute seule et se tourna vers lui.

« Alors ? »


Dernière édition par Carter 029 le 31.01.16 1:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 118
Double comptes : Dorian S. Porter
Age du personnage : 30 ans
Fonction/Occupation : Agent de la faction d'intervention
Avatar : Chris Evans

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [Event n°1] Chasse à l'homme. 21.11.15 19:23

— J’espère pour toi que t’es pas venue là pour te faire tripoter parce que si c’est le cas t’auras plus de chance avec ton voisin de chambre !

Elle ment et j'le sais. Pour la simple et bonne raison qu'elle ne peut pas résister à ce que je représente même si elle fait la grande fière à dire que non. Mais j'aime bien quand elle fait ça, quand elle m'emmerde aussi. Tout comme j'aime lorsqu'elle est faussement énervée. Elle ne l'est jamais très longtemps sauf quand Carter entre dans une colère noire où là, je préfère généralement la laisser péter sa durite dans son coin. Parce que je vous assure que vous préféreriez vous ramasser un coup de pieds au cul de la part de votre chef plutôt que d'avoir Carter en furie devant vous. Quoi que, je préfèrerais l'avoir en furie plutôt que de me prendre celle de JJ dans la gueule où là, on est jamais sûr de s'en sortir vivant si nous sommes les coupables de sa colère.

— J'suis sûre qu'entre toi et moi, TU aura le plus de chance avec ce type d'après ce que j'a compris.

Mon sourire s'élargit, laissant planer le sous-entendu qui n'en est pas réellement un sur le fait que le jeunot d'à côté apprécie tout particulièrement les moments où il peut reluquer sa voisine. Il faut dire que Carter n'est certainement pas la femme la plus agréable à regarder dans la Cité. JJ non plus d'ailleurs mais c'est bien l'une des rares personnes avec qui je permettrais de tenter ma chance.

— Vu l’heure, j’espère que tu m’as au moins amener du café ? ou un cadeau parce que tu sais à quoi tu t’exposes en me réveillant depuis le temps. 

J'ouvre la bouch epour répliquer, sourire en coin.

— Et non, je t’arrête tout de suite, toi, tu ne comptes pas comme un cadeau. 

Effectivement, le fait de se fréquenter tous les jours n'aide pas pour les effets de surprise en terme de réplique. Et on peut dire que Carter me connait plus que bien sur certains points.
Sur beaucoup de point même.

— Alors ?
— Alors j'suis quand même un super beau cadeau. Le meilleur que tu puisses avoir.

Je suis face à elle, tête posée sur mon bras et je la regarde avec un sourire en coin. Les taquineries s'échangent toujours avec une facilité incroyable entre nous deux, cinq ans passées ensemble aidant forcément à se connaître. Elle est en réalité le seul repère que j'ai depuis que je me suis réveillé et inversement. Jusqu'ici nous avons eu la chance de se souvenir de rien, cette maladie frappant certains d'entre nous que nous sommes obligé d'abbatre. Et je remercie chaque jours les 5 précèptes et Monsieur pour ne pas faire partie de ceux que je traque sans hésitation. C'est pour le bien de tous, de cette nouvelle vie. Un mal pour un bien, c'est comme ça, point. J'fais juste mon boulot.

Ma main sur pose sur la hanche de Carter, par dessus la couverture et remonte doucement jusqu'à son épaule pour se poser dans le creux de son cou. Je m'approche d'elle lentement et l'embrasse avec la même intensité toutes les autres fois où je me suis permi de m'inviter à prendre ses lèvres. Et je m'y plait à le refaire, parce que ça fait déjà longtemps que nous avons franchi cette barrière sans réellement se poser de question. Mon baiser se fait plus insistant, plus langoureux et plus chaud, ma main redescendant sur ses courbes et passant cette fois sous ce gros morceau de tissu dont je l'en débarasse d'un geste sec, passant mon propre corps par-dessus afin de me plaquer contre elle. Mes doigts se font plus aventureux, sous ses vêtements, touchant sa peau brûlante que j'effleure, touche, attise. L'envie se manifeste presque aussitôt, creusant le désir au fond du ventre et faisant naitre une série de frissons le long de la colonne vertébrale. Nos corps se cherchent, s'appellent, les souffles commencent à s'accélérer. D'un geste du bras et du bassin je passe au-dessus d'elle, nos lèvres toujours scellés. Le temps se perds mais pas l'esprit, puisque je garde une chose en tête : Attiser la flamme. J'aime la sentir dans cet état qui sont les seuls moments où elle semble perdre pieds... Enfin, jusqu'aux moments où elle s'éveillent pour reprendre position avec toute sa fierté et son désir de domination qui ne me gêne en aucun cas. Bien au contraire.

Mes lèvres migrent dans son cou, sur ses épaules, mes mains remontant sur sa peau, toujours sous le tissu. Creux des hanches, ventre, côtes...

… et je m'arrête, relevant mon visage pour la regarder bien en face, sourire à la fois carnassier et malicieux sur les lèvres.

— Ah j'allais oublié, je crois qu'on est déjà en retard. Mon sourire s'élargit. JJ nous à convoqué d'urgence.

Et elle sait aussi bien que moi à quel point elle déteste les retardataires et à quel point elle est intransigeante. Si Carter et moi sommes des caractères presques indomptés, JJ est bien l'une des seules personnes à réussirent à nous la boucler d'un regard.
Quand à savoir si j'ai fais exprès de déclencher et attiser le jeu avant de larguer la nouvelle ? La réponse est oui. Sinon, je ne m’appellerais pas Alexander.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 169
Age du personnage : 28
Fonction/Occupation : Agent faction Intervention
Avatar : Emmy Awesome Rossum

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [Event n°1] Chasse à l'homme. 30.11.15 23:39

Être réveillé par Alexander n’est pas la chose la plus désagréable du monde et bien que la jeune femme ne soit pas vraiment du matin et n’est à son actif qu’un nombre réduit d’heure de sommeil, son humeur se trouve plutôt enjouée. La journée qui l’attend, il faut le dire est plutôt calme, tout comme les précédentes, les missions ne sont pas régulières ces derniers temps et elle doit bien avouer qu’elle ne dirait pas non à un peu d’action, mais, pour le moment, elle se contente des entraînements intensifs qu’elle s’inflige.

Les sourires charmeurs de son amant lui en tirent quelques-uns à son tour, elle lève les yeux au ciel lorsqu’il mentionne son voisin de chambrer qui elle le sait, semble vouloir sans trop oser, le faire, lui faire la cour, mais bien qu’elle le trouve amical et beau garçon, il est tout de même un peu trop jeune pour qu’elle le perçoive, elle aussi de cette façon. Elle esquisse un geste de la main comme pour balayer l’idée qu’il lui suggère et se retourne sur le flanc pour lui faire face attendant réponse à sa question.

« Alors j'suis quand même un super beau cadeau. Le meilleur que tu puisses avoir. »

Alors, il ne pouvait pas s’en empêcher, c’était Alex dans toute sa splendeur, le genre à se mettre en avant et laisser son ego rayonner tout autour de lui, il avait cette image du mec narcissique, coureur et borné, mais Carter était bien placé pour savoir que derrière cette enveloppe un peu réductrice se cachait beaucoup d’autres choses, elle en avait été le témoin privilégié ces cinq dernières années. Elle aussi ne montrait que ce qu’elle voulait bien dévoiler à ceux qui l’entouraient et personne ne la connaissait aussi bien que l’homme allongé auprès d’elle. Elle laissa échapper un rire amusé à sa réponse et agita sa tête à la négative en souriant. Le silence reprend ses droits et personne ne s’en trouve incommoder, ils n’ont plus besoin de meubler depuis bien longtemps et de toute façon Alexander s’enquiert déjà à poser ses mains sur elle, avant de venir déposer un baiser sur ses lèvres, baiser qui s’intensifie et se prolonge et auquel elle répond sans rechigner. Les choses comme à leurs habitudes ne s’en tiennent pas là, ce n’est jamais le cas, ils leur aura fallu quelque temps pour franchir le pas, les circonstances de leur rencontre et le contexte dans lequel ils vivaient à ce moment-là n’étaient guère propices à ce genre de frivolité, ils avaient alors la tête ailleurs et le cœur encore bien trop endormi, mais le temps s’était égrené et la vie avait repris son cours progressivement.

Les mains froides du jeune homme glisse sur son corps encore brûlant de sommeil et lui tire un frisson, qui lui tire lui-même un sourire, les bras remonter derrière la nuque d’Alexander et les mains perdus dans ses cheveux, elle le garde toujours plus près, toujours plus proche jusqu'à confondre son propre souffle au siens. Elle aime ses moments où il n’y a plus ni milice, ni mission, ni devoir, ni règles a part celle qu’ils se fixent eux même et dieu sait qu’il n’y en a pas beaucoup…S'il met toute l’ardeur qu’il peut à l’entraîner dans ses draps, la jeune milicienne ne reste pas passive bien au contraire, les mains sous le t-shirt de son amant, elle s’apprête à le lui enlever lorsque celui-ci ralentit ses mouvements avant de la regarder de cet air malicieux qu’elle n’aime pas particulièrement, elle ne le connaît que trop bien et sait très bien qu’en règle générale, cela veut dire que son comparse est particulièrement fière de sa bêtise.

Alexander n’a encore rien dit ou fait qui mérite réprobation aussi la jeune femme s’attend au pire enfin, c’est ce qu’elle ferait si elle avait le temps de réaliser ce qu’il était sur le point de lui dire et autant dire qu’il ne pouvait pas faire pire.

La jeune femme se stoppe net à son tour, les jambes autour de son partenaire et les mains sous ses vêtements, elle lui jette un regard qui passe d’interrogateur a presque furieux. Primo parce que cet abruti la laisse sur le carreau en toute connaissance de cause et secundo parce qu’elle imagine fort bien l’exaspération de leur supérieur et les remontrances qui les attend. Est-il nécessaire de rappeler qu’elle n’a dormi que quelques heures ? Sans voix, la jeune femme reste impassible face a l’air particulièrement fier du jeune homme qui se délecte de son humour tout pourri plutôt douteux. Sans esquisser le moindre mouvement, la jeune se contente d’ouvrir la bouche.

« Alexander, je vais te tuer ! Ou mieux encore, je vais laisser JJ le faire A MA PLACE ! »

De ses deux mains, elle repousse son équipier de toutes ses forces et se hisse sur ses pieds sans perdre une seconde de plus, elle se dirige alors vers le meuble de fortune qui fait fasse au bord de son lit pour attraper un pantalon et changer de t-shirt pour enfiler quelque chose de plus réglementaire.

« J’espère que t’as bien profiter de tout ca » dit-elle en désignant son propre corps « Parce que t’auras probablement pas l’occasion d’y reposer les mains si JJ te les coupent !! »

Bien évidemment, elle exagère un peu les choses, mais JJ sait se montrer difficile et rancunière si on ne suit pas ses règles et Carter tient aux avantages que cette dernière sait leur procurer. Après avoir récupérer une allure descente, la jeune femme attache vaguement ses cheveux et s’assoit auprès d’Alexander encore stationné au beau milieu du lit, pour lacer ses chaussures.

« T’es vraiment un abruti, tu le sais ca ? »


Dernière édition par Carter 029 le 31.01.16 1:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 118
Double comptes : Dorian S. Porter
Age du personnage : 30 ans
Fonction/Occupation : Agent de la faction d'intervention
Avatar : Chris Evans

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [Event n°1] Chasse à l'homme. 09.12.15 15:55

C’est dommage quelque part d’avoir cette réunion d’urgence avec le Chef. Les jambes de Carter enroulées autour de ma taille laissait prévoir un moment comme je les aime mais cette fois-ci, ma connerie prend le dessus et je n’en suis pas mécontent. Encore moins lorsque je vois le visage de Carter qui se décompose en un claquement de doigts.

— Alexander, je vais te tuer ! Ou mieux encore, je vais laisser JJ le faire A MA PLACE !
— J’dois avouer que ça serait plutôt une belle mort…

Oui parce que JJ est plus que désirable et franchement, c’est presque un fantasme d’avoir une nana comme elle qui donne des ordres.

— Wow !

Je me sens pousser et chuter lourdement sur le sol, sur le dos. J’en connais une qui l’a vraiment mauvaise. C’était le but de la manœuvre puisque l’un de mes passe-temps préférés est de l’emmerder. Chose que j’arrive assez bien à faire quand on y pense. Je reste un instant allongé avant de me redresser sur mes coudes pour admirer la vue que Carter m’offre en allant chercher des vêtements réglementaires pour se présenter devant notre Chef de faction.
Malgré que certaines actions de la Milice puissent paraitre barbares, il y avait quand même du bon dans tout ça. Nous sommes plutôt bien logés et même si la restriction alimentaire concerne toutes personnes vivant au sein de la cité, ils nous arrivent parfois d’avoir un petit cadeau du chef comme une double ration ou même une cigarette. C’est rare et ça ne se manifeste uniquement lors des grosses missions – chose tout aussi rare – et lorsqu’elles sont réussis. JJ sait nous recadrer et nous faire comprendre à quel point nous risquons nos vies si on merde, mais elle sait aussi nous remercier.
Et puis avoir une partenaire comme Carter, c’était pas ce qu’il y avait de plus désagréable …

— J’espère que t’as bien profité de tout ca. Parce que t’auras probablement pas l’occasion d’y reposer les mains si JJ te les coupent !!

Mon rire résonne dans la pièce alors que je me relève et que je prends soins de dépoussiérer mon pantalon bleu marine. Le Chef est aussi strict dans l’accomplissement des ordres que sur notre tenue vestimentaire à avoir lorsque nous sommes face à elle.

— Elle en a trop besoin de mes mains pour mes les couper !

Et c’est sans prétention. Carter et moi sommes particulièrement doués au maniement du couteau, la jeune femme ayant même plus de facilité dans l’agilité que moi-même. En revanche, le maniement de l’arc est ce que je préfère mais aussi là où je suis l’un des meilleurs. Je ne rate jamais – ou très rarement – une cible, ce qui est particulièrement utile lorsqu’il s’agit d’envahir un camp d’Outlaws en toute discrétion.
Je viens m’affaler sur le lit, à la perpendiculaire, mains sous la tête.

— T’es vraiment un abruti, tu le sais ca ?

Je tourne ma tête vers Carter qui lace ses chaussures après s’être attachés les cheveux. Si je le sais ? Bien sûr que oui, c’est pas faute de l’entendre de sa bouche et je l’assume avec un grand sourire comme en cet instant.

— C’est pas une première.

Et si je n’étais pas sans arrêt entrain de faire le con, elle s’emmerderait. Carter est une femme d’action et elle n’est pas du genre à aimer les mecs trop silencieux et inexpressif. Elle les trouve chiants et si elle continue de me fréquenter aujourd’hui, c’est qu’il y a bien une raison. Quand Carter te déteste, tu le sais et tu n’y échappe pas.
Je me redresse sur me coude pour mieux la regarder alors qu’elle termine de lasser ses chaussures.

— Mais tu sais, on n’est pas si à la bourre que ça hein…

Regard lubrique avant de me protéger de ses coups parce qu’elle n’hésitera pas à m’en donner d’être aussi chiant.
Je me redresse cette fois complètement pour me lever et m’étirer de tout mon long, faisant craquer mes cervicales par la même occasion. J’attends Carter pour partir et quitte son appartement qu’elle ferme derrière elle, pour ensuite emprunter la direction des couloirs, puis de la sortie. Le « bureau » de JJ n’est pas très loin mais nous ne trainons pas le pas pour autant. L’extérieur nous accueille avec une brise légère pour une heure si matinale et la température est tout aussi agréable. Le soleil commence doucement à se lever et le ciel prend déjà cette teinte rouge qui le caractérise tant.

— Tu penses qu’elle veut nous voir pour une nouvelle mission ? J’ai entendu dire hier qu’ils avaient appris par les messagers qu’un convoi d’Outlaws trainait à quelques jours d’ici.

Nous saluons certains de nos camarades mais aussi des Supérieurs à qui nous accordons des gestes plus formels et respectueux.
Lorsque JJ nous convoque, ça n’est jamais pour rien. Elle n’aime pas perdre son temps pour des conneries, c’est la reine des missions compliqués, importantes et conséquentes. Le plus impressionnants est qu’elle a un putain de flair pour les bons coups et que ceux qui foirent ce qu’elle demande doivent déjà être entrain de pourrir hors de la Cité.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 169
Age du personnage : 28
Fonction/Occupation : Agent faction Intervention
Avatar : Emmy Awesome Rossum

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [Event n°1] Chasse à l'homme. 23.01.16 22:22

« Elle en a trop besoin de mes mains pour mes les couper ! »

Elle lui jette un œil dans le miroir et roule des yeux tandis qu’elle noue vaguement ses cheveux, il est plutôt rare, voir quasiment improbable de voir les longs cheveux de la jeune femme retombé sur ses épaules, car il lui semble tout à fait impossible de s’entraîner ou de se battre correctement avec une masse de cheveux qui se baladent on ne sait où. Voir ses collègues féminines s’y essayer, l’avait toujours fait sourire, en règle générale, elles ne tenait pas bien longtemps avant de se résinier et pour les plus tenaces…disons qu’elles n ‘étaient pas nécessairement les plus malignes…

L’esthétique vous l’aurez compris n’était pas sa priorité, Carter n’était pas de ses femmes vaniteuses qui aimaient à être dévisagées et remarquer en tout cas, pas pour ses raisons-là. Loin pourtant d’être négligé, la jeune femme aime a paraître toujours réglementaire et soigné, mais elle n’y met pas particulièrement d’effort contrairement à d’autre qui semblent mettre plus d’énergie a essayer de se pomponner qu’a vraiment se démarquer au combat… Au vu de son palmarès, ce serait mentir que d’affirmer qu’elle n’avait pas bien choisi ses priorités d’autant plus que cela ne l’empêchait pas d’être courtisé et dieu seul sait qu’elle ne parlait pas de ce pitre assis sur son lit.

Alexander était de ses hommes volages et impulsifs qui ne se laissaient pas enfermer et loin d’elle l’idée de vouloir en faire un mari, il fut un temps, fort lointain où elle s’était posé la question de savoir ou cela les mènerait, mais ce temps était vite passé et la question s’était d’elle-même évaporée au gré des draps qu’il avait fréquentés. Non, il y avait bien longtemps qu’il ne l’avait plus courtisé, il l’imaginait sans doute gagné à sa cause et peut être avait-il raison, en tous les cas pour l’instant, elle ne s’en préoccupait pas vraiment.

« Mais tu sais, on n’est pas si à la bourre que ça hein… »

Les mains rivées sur ses lacets et le regard baissé, elle esquisse un sourire dont il ne percevra rien, elle lui jette un regard peu surpris avant de relâcher les traits de son visage visiblement amusé par la capacité de son compagnon a anticiper toujours le pire venant de sa part. Il est vrai qu’elle n’est guère femme à se laisser faire, de la répartie, elle en a, tout autant que de l’aplomb, mais cette façade ne dissimule au final pas toujours tout.

« Tu diras ca à JJ, je suis sûre qu’elle sera ravie de savoir la raison de notre retard, surtout compte tenu du fait qu’il ne s’est pas passé grand chose la dessous… »
lui lança-t-elle, son regard pointant vers l’entre-jambe du milicien.

Alexander s’était levé sonnant leur départ prochain vers le bureau de leur supérieur hiérarchique et elle avait suivi l’élan, quelques secondes plus tard, elle refermait la porte de son logement qui se retrouva dans la pénombre la plus totale. Les couloirs des baraquements étaient froids et dénudés, un peu tristes à côtoyer chaque jour et bien que plus personne n’y prête vraiment attention à force de les arpenter, ils ne témoignaient que d’une rigueur et d’un manque de chaleur réel.

La milice, certes une grande famille, c’est en tous les cas l’image qu’en percevaient l’œil extérieur, mais la vérité n’était pas si simple, s’il était vrai que l’entraide et la camaraderie existaient au sein même de leurs rangs, il était tout aussi vrai que personne n’était à l’abri de la compétition et des médisances, la nature humaine ne peut décemment pas être idéal qu’importe que le monde n’en soit qu’à son commencement ou à sa fin, certaines choses sont immuables comme figé par le temps qui lui pourtant continue de défiler.

L’air la surpris par sa douceur, à en croire la position du soleil, le jour était encore relativement jeune, peut-être même plus qu’elle ne l’aurait pensé, les yeux plissés et le visage tendu par un rictus déplaisant, la jeune femme porta instantanément sa main au-dessus de ses yeux, les premiers contacts de la lumière lui étaient toujours particulièrement violents, mais fort heureusement, elle minimisait cette contrainte en se rappelant que d’ici quelques dizaines de secondes la gêne s’atténuerait d’elle-même.

La voix du grand brun la rappela à son attention, il posait des questions dont visiblement, il connaissait déjà les réponses, elle en tout cas s’apercevait qu’elle n’en savait pas autant, après tout, c’est lui qui était venu la chercher et l’avait informer de cette réunion impromptue.

Une nouvelle mission, elle espérait vraiment que c’était de cela qu’il s’agissait, elle avait soif d’action, elle avait envie de sortir des murs de la cité, de se sentir utile, il n’y avait que dans ces moments-là où elle avait vraiment l’impression d’exister, le reste du temps, elle ne faisait que se préparer pour quoi ? Même elle n’était pas toujours sûre de le savoir. Cette vie lui plaisait, elle n’était ni malheureuse, ni mélancolique, c’était son quotidien, elle n’avait guère connu autre chose et s’estimait chanceuse de sa place et des gens qui l’entouraient, mais parfois, l’espace d’une seconde, elle avait l’impression qu’il lui manquait quelque chose, quelque chose qu’elle n’identifiait pas vraiment, quelque chose qui disparaissait de son esprit avant même d’avoir pris forme, cette idée n’avait jamais encore germé, elle n’était qu’un éclat rapide et brillant qui s’éteignait avant d’avoir existé, ne lui laissant qu’une vague impression non assimilée.

« Pour nous convoquer aussi tôt ? J’ose espérer que c’est pour partir en mission, on n’a pas bougé de la cité depuis plus d’un mois, je commence à perdre patience honnêtement, j’ai besoin d’action sinon je vais devenir folle ! Un convoi d’Outlwas me ferait plutôt très envie la tout de suite. »

Elle se frotta les mains, impatiente à l’idée d’une éventuelle escapade, si la raison de leur invitation se révélait être tout autre, autant dire qu’elle allait être très fortement déçue. Elle fit un signe de la main aux compagnons qu’ils croisèrent et un signe de tête bien plus formel aux responsables qui s’affairaient déjà ici et là avant de se rapprocher un peu plus d’Alexander sans pour autant dépasser ce qui se voulait être de convenance, ils n’étaient pas vraiment du genre à s’afficher ensemble, les gens avaient surement déjà de quoi faire pour alimenter leurs discussions.

« Tu me sembles bien informer dis moi, t’as été pêché cette information auprès de qui au juste ? et pourquoi tu ne me le dis que maintenant ? Je pensais avoir droit à la primeur des informations intéressantes 22 ! »


Dernière édition par Carter 029 le 31.01.16 1:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 118
Double comptes : Dorian S. Porter
Age du personnage : 30 ans
Fonction/Occupation : Agent de la faction d'intervention
Avatar : Chris Evans

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [Event n°1] Chasse à l'homme. 27.01.16 11:20

Que demander de plus lorsque nous étions si bien lotis au sein de la Cité ? J’ai le souvenir qu’à mon réveil les choses n’avaient absolument aucun sens et que surtout, j’étais en proie à une peur profonde qui me semblait en cet instant être unique. J’avais beau forcer sur ce qu’il me servait de cerveau pour essayer d’aller à la pêche aux infos, rien n’allait plus loin que l’instant T et que le seul souvenir que j’avais datait d’il y a une paire de seconde : Mon éveil. Ajouté à ça, mon incapacité à réussir à formuler par les mots ce que j’entendais. Pas foutu de les reproduire alors que je les comprenais. Je n’sais pas où je serais si Carter n’avait pas été près de moi ce jour, je n’sais pas si on se connaissait d’avant ou non mais la question ne s’est jamais réellement posée. Tout du moins, pas au point de nous inquiéter ou d’occuper nos esprits.
Cinq années, c’est long. Pourtant j’ai parfois la sensation que tout ça date d’hier. Le réveil, la panique, l’instinct de survie qui vous oblige à vous comporter de manière peu civilisé si vous ne voulez pas crever au prochain coin de rue. Parfois j’ai le regard de cette fille qui me revient, celle qui m’a ramassé ma gourmette. Elle avait de jolis yeux.
Elle était jolie tout court.

— Pour nous convoquer aussi tôt ? J’ose espérer que c’est pour partir en mission, on n’a pas bougé de la cité depuis plus d’un mois, je commence à perdre patience honnêtement, j’ai besoin d’action sinon je vais devenir folle ! Un convoi d’Outlwas me ferait plutôt très envie la tout de suite.
— Comme si t’étais pas déjà à moitié déglinguée.

Elle se frotte les mains d’impatience et moi je ricane, amusé. C’est vrai que nous n’avons pas bougé d’ici depuis un bail et que l’on va se rouiller si ça continue. Faire régner l’ordre est une chose à laquelle on tient, surtout lorsqu’il s’agit de dégager les Outlaws loin de nos murs. Ils sont là pour foutre la merde et nous sommes là pour nous en débarrasser. Ils ne savent pas voir notre seconde chance, celle que nous avons eu à rester en vie et à ne nous souvenir de rien pour tout recommencer, à neuf. Ne pas reproduire les erreurs passées.
Carter avait une rage de vaincre peut commune et qui faisait d’elle l’une des meilleures de sa section. Quand elle tient le morceau, elle ne le lâche plus et si j’peux me trouver être le plus brutal, Carter est clairement la plus acharné. Un bon duo complémentaire que nous formons. J’ai confiance en elle, je sais que lorsque je pars sur le terrain en binôme avec Carter, elle ne me fera pas faux bond et sa compagnie est agréable. C’est une sorte de symbiose que j’apprécie particulièrement.

— Tu me sembles bien informer dis-moi, t’as été pêché cette information auprès de qui au juste ? et pourquoi tu ne me le dis que maintenant ? Je pensais avoir droit à la primeur des informations intéressantes 22 !

Mon sourire s’élargit alors que mon regard glisse vers Carter.

— De ton meilleur ami.

Ironique. Je crois que c’est comme ça qu’on dit. Le prétendu « meilleur ami » n’était pas le sien mais le mien. Un type que j’ai rencontré il y a déjà plusieurs années et avec qui j’ai aussitôt accroché.

— Tu le déteste mais Island est une vraie fouine. Il a entendu une conversation entre des gradés près de nos quartiers. Tu te doutes bien qu’il n’a pas tardé à venir me partager l’info dès qu’il a pu.

88 était un sacré allié sur qui je pouvais compter les yeux fermés. Nous passons pas mal de temps ensemble à arpenter les rues ou lors des soirées que nous faisons autour d’un verre de jus de plante que les récoltes nous fournissent. Je le sais être aussi bon comédien puisque cet enfoiré sait user de son sourire enjôleur pour appâter les plus influençables. C’est un fourbe et un manipulateur mais j’apprécie sa compagnie. C’est le genre d’ami qui peut compter sur moi sans que je ne cherche à savoir le pourquoi du comment.

— Je n’suis pas venu avant parce que je pensais que tu serais trop occupé avec ton voisin.

Ferme un peu ta gueule Alex et enlève-moi ce sourire à la con.

— Je devais m’occuper de la nouvelle recrue hier soir. On a terminé tard, j’étais crevé.

Parce que même si j’aime bien l’emmerder, lui apprendre à manipuler l’arc ou à se battre n’est pas de tout repos. Je suis du genre obstiné mais il a fallu lui pousser au cul pour qu’il se bouge un peu plus et qu’il se surpasse. Je ne suis pas le plus pédagogue de la section, loin de là, j’n’aime pas les gens dans leur généralité mais quand c’est ton Boss qui te demande de le faire, tu la ferme et t’exécute.
Nous continuons de marcher tout en croisant certains collègues mais aussi en profitant de ce temps généreux. Il fait bon et Carter a raison sur un point, ça fait trop longtemps que nous n’avons pas bougé d’ici. Un peu d’action ne fera pas de mal pour se dérouiller, surtout dans ces conditions climatiques. J’imagine un instant la quête, la traque, sous ce soleil et cette douce chaleur, à l’abri des arbres, à scruter les faits et gestes des Outlaws pour leur tomber sur la gueule quand ils s’y attendront le moins.
Regard vers Carter.
Partir pour ce genre de mission en sa compagnie, franchement j’peux pas demander mieux.

— Si on part en mission, on lance un nouveau pari ou t’es trop dégonflé pour ça ? Je m’étire en levant les bras vers le ciel, mains jointes, sourire taquin aux lèvres. Parce que t’aurai de quoi. J’suis particulièrement en forme pour en dégommer quelques-uns.

Pour effacer l’horreur d’un meurtre, suffit de tourner ça en jeu et se rappeler inlassablement qu’ils n’ont que ce qu’ils méritent.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 169
Age du personnage : 28
Fonction/Occupation : Agent faction Intervention
Avatar : Emmy Awesome Rossum

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [Event n°1] Chasse à l'homme. 31.01.16 21:51

« Comme si t’étais pas déjà à moitié déglinguée. »

Elle esquissa un sourire et pencha la tête sur le côté comme pour acquiescer sans vraiment le faire ses propos. Peut-être l’était-elle un peu, à dire vrai qui pouvait s’affirmer entièrement sain d’esprit dans un contexte tel que le leurs ? La guerre, car c’était bien de cela qu’il s’agissait, faisait sans aucun doute ressortir peut-être le meilleur, mais aussi le pire de chacun, quoi que l’on puisse en dire, quoi que l’on puisse penser, qu’importent les idées ou les justifications auxquelles notre âme et conscience nous faisait nous raccrocher, nous prenions des vies, quel que soit notre camp et un regard avisé qualifierait sans vaciller cet environnement de dément.

La jeune femme ne perd pas le nord bien longtemps, jamais. Elle s’enquiert bien rapidement de savoir d’ou son coéquipier tient ses informations et surtout de découvrir pour quelle raison il ne lui communique toutes ces informations que maintenant. Lorsqu’il lui répond que c’est son meilleur ami, elle n’a guère besoin de réfléchir pour savoir de qui Alexander parle, le ton empreint d’ironie qu’il emploie pour le mentionner ne laisse guère place à la spéculation. Island est en réalité le meilleur ami du jeune homme et autant dire que Carter ne le porte pas particulièrement dans son cœur, rien de particulier ne justifie cette pseudo-animosité qui n’en est pas vraiment une, mais le courant ne passe naturellement pas et la milicienne ne le voit que comme un opportuniste pas vraiment digne de confiance et elle pouvait sans aucun mal imaginer que la réciproque était vraie. Leur rencontre ne datait pas d’hier et si les premiers instants s’étaient révéler sans véritable problématique, l’inclination ne s’était pas vraiment faite, une question de feeling sans aucun doute, puis au fil du temps le fossé qui les séparait s’était étendu tandis que celui entre les deux hommes perdait son existence première. Aujourd’hui et bien qu’elle soit amenée à le croiser, elle se contentait de mettre les formes, elle n’avait guère le choix si elle ne voulait pas entrer en guerre inutile avec Alex, mais malencontreusement les deux opposés n’étaient pas toujours en mesure de retenir leurs allusions et réflexions, ce qui ne semblait plus vraiment amusé le grand brun.

Il continue son explication et rien d’étonnant à ce qui lui parvient aux oreilles, 88 à bien entendu laisser traîner les siennes, en l’instant, elle note dans un coin de son esprit de veiller à l’avenir à être vigilante au regard de ce qu’elle pourrait laisser échapper quand ce dernier se balade dans le coin, mais, en l’occurrence pour cette fois-ci, elle apprécie les quelques informations qu’il a pu rapporter à son camarade. Elle adresse un sourire crispé à Alexander comme pour répondre a ses premiers mots, elle ne relève pas, elle ne préfère pas rentrer dans un débat qu’elle sait d’avance sans fin, c’est et a toujours été la même chose, une solidarité masculine sans borne, elle l’a aujourd’hui bien compris, rien ne sert de perdre son temps.

« Hum, espérons que ses oreilles ne lui aient pas fait défaut, si JJ nous annonce quelque chose de moins enthousiasmant, tu auras tout intérêt de botter le cul de ton petit copain. » Elle avait terminé sa phrase sur un ton amicale, autant rester aussi neutre que possible pour le moment, ils auraient de toute façon réponse à leurs questions dans quelques minutes.

« Je n’suis pas venu avant parce que je pensais que tu serais trop occupé avec ton voisin. »

Elle lui balance son poing dans le bras, pas trop fort, mais suffisamment quand même, ce n’est de toute façon pas comme s'il n’aimait pas ca (wink wink).

« Nan, mais… Pour ton information, je ne couche pas avec tous mes voisins… MOI ! » Elle laisse échapper un gloussement amusé, bien que ce ne soit pourtant pas une plaisanterie, fut-il un temps en tout cas ou Alexander aimait disons la diversité…

« Si on part en mission, on lance un nouveau pari ou t’es trop dégonflé pour ça Parce que t’aurai de quoi. J’suis particulièrement en forme pour en dégommer quelques-uns. »

La jeune femme se met à rire très franchement, comme si la question se posait. C’était devenue une habitude, presque un rituel entre eux et si les tenants et aboutissant de ce genre de jeu pouvaient sembler abjects et méprisables, c’était une façon comme une autre de rendre leur tâche triviale et d’en ôter les aspects les plus répréhensibles. Une façade, un mur qui les protégeait de leurs propres actions.

« Oh, mais on parie ce que tu veux chéri, je suis plus que d’attaque et je compte bien te mettre une raclée, tu ne mérites que ca après le coup que tu m’a fait ce matin ! »

Carter accéléra le pas tandis que les mots s’égrenaient en direction d’Alexander, elle passa devant lui et se retourna, continuant de marcher a reculons cette fois, un large sourire éclairant son visage.

« La question, c’est, qu’est-ce que tu as à m’offrir qui pourrait m’intéresser ? » Lança-t-elle finalement en haussant les sourcils tandis qu’ils arrivaient finalement à l’entrée du bâtiment qui abritait le bureau de leur chef de faction, qui soit dit en pensant devait déjà ruminer en guettant férocement la porte de son office.

Leurs jolis sourires n’allaient sûrement pas faire long feu enfin en tous les cas tant que ces deux-là seront dans l’obligation de se tenir droits et fiers entre les quatre murs grisâtres à écouter les remontrances glaciales de 13.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 118
Double comptes : Dorian S. Porter
Age du personnage : 30 ans
Fonction/Occupation : Agent de la faction d'intervention
Avatar : Chris Evans

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [Event n°1] Chasse à l'homme. 05.02.16 11:50

Je regarde Carter à la dérobé, sourire en coin et me rappel pourquoi il m’arrive fréquemment de la désirer. Et que même si je n’en parle pas ou n’en fais pas allusion, je compte bien reprendre là où je me suis arrêté dans sa chambre, tout à l’heure. Elle est désirable, attirante et incroyablement sexy. Bien plus encore lorsqu’elle est en mission. Il émane d’elle une bestialité et une détermination qui vous fou le crâne à l’envers. Ajoutez à ça, l’adrénaline du moment. Un véritable instant de vie.
Je la taquine de nouveau contre ces paris que nous nous lançons parfois lorsque nous partons en mission, histoire de rendre tout ça plus amusant et plus attrayant. Bien que Carter n’ait pas forcément besoin de ça pour s’éclater sur le terrain. Elle pourrait y passer sa vie sans broncher, y trouvant son plaisir le plus pur.

Elle en rit d’ailleurs et moi j’en souris.

— Oh, mais on parie ce que tu veux chéri, je suis plus que d’attaque et je compte bien te mettre une raclée, tu ne mérites que ca après le coup que tu m’a fait ce matin !
— Mais fout moi ma raclée, tu sais que ça ne m’laisse pas indifférent.

Et ne t’en fais pas, je ne t’oublie pas. Loin de là.
Mon regard se fait éloquent alors que je ne me cache pas un seul instant pour la regarder avec une certaine faim. Le genre de regard que je ne lui réserve qu’à elle puisqu’au fil du temps, elle est devenue pour moi un peu plus exclusive à chaque fois. Nous ne parlons pas d’engagement parce que c’est pas mon truc et que c’est pas à l’ordre du jour, mais naturellement mes envies se sont focalisés sur elle, délaissant peu à peu les autres femmes autour de moi.
Même si je ne m’empêche pas de séduire, chose qui semble être comme une seconde nature pour moi. Presque un besoin.
Carter, c’est différent. Je la connais depuis le début, elle fait partie de mon décors, de mon quotidien et j’avoue ne jamais avoir pensé à un lendemain sans sa présence. Elle a toute ma confiance, chose rare ici. Et c’est bien pour cette raison qu’une mission ne se fait pas l’un sans l’autre. C’est un peu une sorte de repère pour moi. Un repère que je ne me lasse pas de séduire.

Carter passe devant moi, marche à reculons pour me faire face, large sourire sur le visage.

— La question, c’est, qu’est-ce que tu as à m’offrir qui pourrait m’intéresser ?

Je lui retourne son sourire en arquant un sourcil, mains derrière le dos, réfléchissant un instant. Ce que je peux lui offrir ? Moi ? C’est déjà un sacré cadeau, il faut bien l’avouer. C’est une femme à challenge, il ne faut pas l’oublier.

— Je ferais en sorte qu’Island soit ton esclave pour 5 jours ?

J’éclate de rire alors que nous entrons enfin dans le bâtiment froid de notre boss. Enfin, de toutes les têtes de la milice en réalité. Murs sombres, silence de mort, le respect teinte chaque carré d’air que nous respirons. Sûrement la première raison pour laquelle je baisse instinctivement le ton en me redressant légèrement, décroisant les mains. J’ai plutôt intérêt à maintenir une certaine allure si j’ai pas envie de me faire réprimander par notre chef de faction. Si les autres têtes semblent autoritaire mais un peu plus chaleureux, JJ ne laisse aucune place à l’humour ou au laisser aller. Elle me fait froid dans le dos et elle ferait faire des cauchemars à un gosse pour les 5 prochaines années à venir si elle le souhaitait.
Mais elle savait dire merci et nous récompenser lorsque nous faisions bien notre boulot. Plusieurs fois nous avons réussi à lui arracher un sourire de satisfaction en rentrant du terrain et plusieurs fois elle nous avait filer des trucs supplémentaires comme des provisions ou alors une clope – l’ultime cadeau du bonheur putain – pour nous faire comprendre que nous ne l’avions pas déçue.

Je me penche légèrement vers Carter pour lui murmurer.

— On mise la moitié de la ration gagnée ? Généralement, elle nous en file en double quand on fait bien le boulot.

Et c’est pas quelque chose qui se gagne facilement. Monsieur a instauré une gestion stricte sur le sujet et chacun obtient une ration égale à celui de son voisin. Si nous, les miliciens, obtenons un peu plus lors d’une victoire, c’est également pour motiver les troupes. Et personne ne bronche face à cette règle instaurée puisque pour eux, quoi de plus normal que d’aider la milice à faire au mieux son job ? Nous sommes là pour les protéger et nous le faisons bien, alors aucune raison de se manifester.

— Ou alors … J’esquisse un sourire. Il me reste une toute dernière clope. Si tu gagnes, j’te la file.

Pari risqué tellement ce truc est précieux et donner au compte-goutte. Ce sont le genre de cadeau que nous voyons aussi rarement que le sourire de 013 et certains miliciens sont prêts à donner très cher pour obtenir ne serait-ce qu’un tube de cette chose dont on ne connait même pas la composition. On sait juste que ça nous fait du bien même si ça nous crame les poumons.

La porte de JJ n’est plus très loin, il ne nous reste plus qu'un couloir. Tout est vide à cette heure aussi matinal, raison pour laquelle, je me permet d'attraper Carter par le bras et de la pousser dans un recoin sombre, la lumière ne faisant pas partie du décors pour l'instant. C'est pas l'endroit, ni le moment, mais je m'en fou. J'aime cette adrénaline qui palpite droit dans mes veines, la sensation à quelque chose d'excitante à vous en rendre accro.
Je la coince entre le mur et l'ensemble de ma stature, une main appuyé sur le mur, l'autre sur sa hanche. Sourire carnassier sur les lèvres, j'effleure ses lèvres avant de planter mon regard dans le sien, éloquent.

— Mais si je gagne… ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 169
Age du personnage : 28
Fonction/Occupation : Agent faction Intervention
Avatar : Emmy Awesome Rossum

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [Event n°1] Chasse à l'homme. 08.02.16 22:04

Ca ne le laissait jamais indifférent, c’était une certitude, il détestait perdre peu importe contre qui il jouait, et ce, comme la plupart des gens, elle-même n’aimait pas perdre, mais elle acceptait de ne pas toujours être la meilleure bien qu’elle travaillait avec acharnement pour ne pas que cela arrive trop souvent. Carter décrocha un sourire, elle savait aussi qu’il aimait bien son côté dominant et autant dire que quand elle le battait à son propre jeu, ca ne le laissait pas non plus indifférent sur bien d’autre aspects…

Les enjeux des paris auxquels ils s’adonnaient étaient variés et souvent dénués de sens, ils partageaient de toute façon la plupart de leurs biens, et cela, depuis le tout début, quand on a rien, on a aussi tout à partager et ils ne s’étaient jamais posé la question de savoir si donner sa dernière ration ou partager la dernière sacro-sainte cigarette avec l’autre était une obligation, cela ne l’était pas, c’était juste une normalité dans leur relation. Elle était curieuse de voir ce qu’il allait dénicher cette fois-ci et autant dire que la phrase qui sortit ensuite de sa bouche n’était pas celle qu’elle avait imaginée. La brunette laissa échapper un soupir sans illusion, des paroles rien de plus, il n’y avait pas une seule chance qu’Alexander puisse réussir ce tour de force et pourtant, ce n’est pas un gain qui lui aurait déplu bien au contraire. L’aversion qui se jouait entre eux deux lui aurait laisser apercevoir 5 jours de pur bonheur, mais aucune chance que le grand brun ne puisse encore appeler ce dernier un ami après ca, c’était chose sûre, il était dangereux de donner un quelconque pouvoir à Carter, elle aurait sans doute trop de facilité à en abuser, elle-même en était tout à fait consciente. Toute sa vie et bien qu’elle en ignorait tout, elle avait su user des pouvoirs qu’elle possédaient, celui de séduction sur les hommes qu’elle côtoyait, l’emprise non dissimulée qu’elle avait sur son petit ami et sa position au sein de sa famille la petite dernière qu’il fallait chouchouter mais malgré tout, il y avait deux choses sur lesquelles elle avait toujours refuser de s’appuyer…la tragédie et l’abandon, deux éléments qu’elle connaissait particulièrement bien, mais que par chance, elle avait oublié en une fraction de seconde.

« Hum j’aimerais bien voir ca, aucune chance que ca arrive, tu le sait aussi bien que moi ! si c’est tout ce que tu as…on va pas aller bien loin. » Lui chuchota-t-il avec un clin d’œil tandis qu’ils pénétraient dans les quartiers des supérieurs. Plus aucun bruit environnant ne venait jusqu'à leurs oreilles, le silence planait dans le couloir grisâtre, Carter se souvenait encore de la première fois qu’elle l’avait emprunté, ce fut aussi la première fois qu’elle rencontrait JJ, elle l’avait déjà entre aperçus auparavant, mais lorsqu’elle avait été convoquée dans ce bureau, elle se souvint avoir trouver ce long corridor presque morbide, comme si on la conduisait à sa propre exécution, les chaînes et le bourreau en moins. Aujourd’hui, ce n’était plus qu’un couloir parmi tant d’autres à la différence qu’il menait tout droit vers la rigidité de 13.

« On mise la moitié de la ration gagnée ? Généralement, elle nous en file en double quand on fait bien le boulot. »

Alexander lui avait soufflé ces mots à voix basse, ce n’était ni le lieu, ni le moment pour se faire remarquer et il le savait aussi bien qu’elle. Elle pencha la tête rapidement sur le côté réfléchissant à sa proposition plutôt alléchante, mais il pouvait sans doute faire mieux, c’était un gain plutôt classique, en réalité, ils n’avaient que peu de chose a échangé, les possibilités restaient donc limitées.

« Ou alors ... Il me reste une toute dernière clope. Si tu gagnes, j’te la file. »

Elle se tourna vers lui, n’exprimant aucune réaction quel qu’elle soit avant de laisser échapper un sourire, voilà qui se révélait plus qu’intéressant. Les cigarettes étaient un bien d’une extrême rareté ce qui n’était pas le cas de l’addiction qu’elles provoquaient.

« Là, tu me parles ! Je savais que tu pouvais mieux faire !…Deal ! » Lui répondit la jeune femme en tendant le bras pour lui taper dans l’épaule, mais c’était sans compter sur le côté complétement imprévisible du jeune homme qui s’en était saisi avant qu’elle n’ait pu ne serait-ce que l’effleurer pour l’attirer dans un coin un peu plus à l’écart. L’adrénaline et l’excitation lui montent au cœur en un instant, le souffle presque coupé par la surprise, elle n’appose absolument aucune résistance et se laisse entraîner comme une poupée de chiffon jusqu'à ce que son dos rencontre brusquement le mur de la coursive. Elle s’apprête à répliquer, mais il la bloque littéralement contre lui avant de s’avancer toujours un peu plus pour effleurer ses lèvres, la coupant immédiatement dans son élan, il n’est pas toujours facile de faire taire Carter, mais Alexander savait exactement comment parvenir à ses fins, il ne la connaissait que trop bien et c’était une chose qu’il lui faudrait travailler sans aucun doute c'est en tout cas ce qu'elle se dit tandis qu’elle continuait à n’apposer aucun mouvement pour se dégager, s’en était presque trop facile.

Les yeux plongés dans ceux de son camarade, son souffle sur le sien, elle a bien vite oublié JJ et leur retard.

« Mais si je gagne… ? »

Son regard, tout comme son attitude parle à présent pour lui-même et elle ne détourne pas le regard en lieu et place de cela, elle remonte du doigt le torse de son compagnon jusqu'à son cou, sans bouger ne serait-ce qu’un centimètre de son corps puis elle passe sa main derrière sa nuque, rapprochant ses lèvres des siennes sans les toucher et dans un souffle un peu court lui murmure.

« Si tu gagnes, tu auras la moitié de ma ration et…. » elle laisse planer une seconde de silence avant de continuer…« Exactement ce à quoi tu penses là tout de suite voir peut-être même un peu plus, tout dépend de tes exploits. »

Sur ces mots, elle l’attire enfin contre ses lèvres pour lui offrir un baiser brûlant et passionné avant de le repousser en arrière d’un geste un peu brusque et de s ‘écarter du recoin dans lequel ils s’étaient engouffrés quelques secondes auparavant.

« Tu peux prendre le temps de réfléchir si tu veux. »
Lance-t-elle en riant de façon discrète avant de reprendre le chemin qui allait les mener tout droit à leur destination.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 118
Double comptes : Dorian S. Porter
Age du personnage : 30 ans
Fonction/Occupation : Agent de la faction d'intervention
Avatar : Chris Evans

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [Event n°1] Chasse à l'homme. 10.02.16 15:15

La température grimpe et contraste avec l’ambiance morbide du couloir qui rappellerait presque celui dans laquelle nous conduisons les Outlaws pour leurs exécutions. Sauf que là, les Outlaws n’existent plus. Encore moins la boss et un possible retard. Tout en fait perd son importance et son existence, mon esprit focalisé sur Carter, sur le jeu que je remets en scène et sur le désir qui émane de nous deux. Ça n’est pas rare que ce genre de situation arrive avec un mec spontané comme moi et une nana aussi carnassière que Carter. Un très de caractère qui me plait dans tous les sens du terme. Qu’elle soit décisionnaire ou docile, peu m’importe l’effet est là. Et lorsqu’elle m’accorde ce regard, autant dire que la mission pourra attendre…

Son doigt remonte le long de mon torse, ma main se pose sur sa hanche, rapprochant son bassin du mien d’une poigne ferme. Mon sourire s’élargit en réponse au sien. Carter approche ses lèvres des miennes sans jamais les toucher, devenant tentatrice et je ne bouge pas, me laissant faire à ce petit jeu qui me donne bien d’autre envie que d’aller courser des Outlaws comme des lapins.

— Si tu gagnes, tu auras la moitié de ma ration et….
— … Et ?
— Exactement ce à quoi tu penses là tout de suite voir peut-être même un peu plus, tout dépend de tes exploits.

De quoi vous fournir une dose de motivation pour les trois prochaines semaines à venir.
Ou peut-être six avec la façon dont elle m’attire à elle et m’embrasse avec fureur. Un baiser passionné, brûlant, qui attire mon corps au sien où je m’y plaque sans l’ombre d’une hésitation. Tout s’embrase autour de moi et ma seule envie est de lui arracher ce qu’elle possède, là, dans ce recoin sombre et laisser part à cette bestialité physique qui ne demande qu’à être assouvi.

Mais c’est sans surprise que je sens Carter me pousser brutalement en arrière alors qu’elle se glisse hors du recoin. Je me retourne et porte un regard sur elle sans équivoque et le souffle court.

— Tu peux prendre le temps de réfléchir si tu veux.
— Crois-moi, c’est tout réfléchi.

Il y en a qui gueulerait de frustration, moi non. C’est un jeu que j’affectionne particulièrement. Cette espace de chasse de l’un et de l’autre même si je ne refuse jamais les instants accomplit où nous ne perdons pas de temps à se tourner autour.
Je me passe une main sur mes cheveux qui mériteraient une prochaine coupe part le type du coin et suis ma collègue dans le couloir qui touche à sa fin. Dommage que nous n’ayons pas au moins une bonne demi-heure d’avance…

L’ambiance de l’endroit n’a aucun mal à prendre le dessus sur le désir brûlant qui me consumait quelques secondes plus tôt mais je ne me défais pas de mon sourire pour autant.
Enfin, jusqu’à ce que nous atteignons enfin la porte de JJ. Cette fois, je m’arrête et lance un regard un Carter pour y trouver un certain sérieux mais aussi me recentrer sur la demande de notre Chef. Elle demande rarement à recevoir personnellement des miliciens au sein même de son bureau alors autant dire qu’on a plutôt intérêt à se tenir à carreaux si on a pas envie de se faire rétrograder d’un claquement de doigts.

Face à la porte en bois où son nom est gravé d’un style élégant mais froid, je frappe trois coups secs. J’attends l’autorisation d’entrer et jette un nouveau coup d’œil à Carter lorsque c’est le cas. J’ouvre, le dos bien droit, visage impassible et entre, suivit de près de ma camarade de faction.

— Chef. Alexander 022.

Je me positionne face à elle, mains derrière les dos alors que je laisse Carter s’annoncer à son tour, de la même façon. Si j’avais su en cet instant que tout cela ressemblait purement à un comportement militaire…

— Vous vouliez nous voir ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 65
Double comptes : QG de la Milice, bureau n°2
Age du personnage : 32
Fonction/Occupation : Chef de la faction d'intervention
Avatar : Olga Kurylenko

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [Event n°1] Chasse à l'homme. 21.02.16 22:35

Alexander, Carter & JJ
Bureau de 013, quartier milice

Les mots de Monsieur tournent sans arrêt dans sa tête. L’importance de la mission lui donne presque mal à la tête, quand elle y pense. Il ne vient pas souvent la voir, tout le monde sait qu’il est très occupé. Rares sont les fois ou les missions proviennent directement de lui. Sa voix ne lui parvient qu’en rêve, ou elle s’imagine être directement récompensée pour son travail acharné. Sa place prouve déjà au reste du monde que Monsieur a confiance en elle et c’est chaque fois un pur bonheur de se le rappeler. Mais aujourd’hui, c’est autre chose. Monsieur lui-même, qui se déplace jusqu’à elle, pour lui parler de cette mission toute particulière qu’elle devra gérer d’une main de fer.

Debout devant la fenêtre de son bureau, JJ regarde l’extérieur, ou pas vraiment, simplement son regard est dirigé par la-bas. Ce à quoi elle pense ? Cette mission. Qu’elle sentait venir, pressentait très fort. Des échos de la faction de recherche lui étaient parvenus. Swan, encore et toujours, s’était permis d’aller écouter ce qui ne lui incombait pas d’entendre. Mais il savait que cela plairait à JJ de savoir tout ça à l’avance, alors il l’avait fait. Il avait écouté et lui avait apporté. Que n’aurait-il pas fait pour obtenir ce sourire de satisfaction qu’elle lui dédiait parfois.

« Swan, tu peux convoquer 22 et 29, s’il te plait ? C’est urgent. »

Elle senti le soupir passer les lèvres de Swan, mais elle ne s’était pas retournée. Pas besoin de lui donner plus d’attention. JJ aime à lui rappeler qu’elle n’apprécie pas son mépris pour ses favoris. Heureusement encore que ces deux-là étaient dans son équipe. Le trio qui fonctionne.
JJ ressasse ce qu’elle doit dire à son équipe. L’importance de la mission. Le pourquoi du comment. La clause confidentielle qui l’entoure. Le fait que Monsieur lui ait directement confié cette tâche, qu’elle leur confie à son tour. Histoire de mettre un peu plus de pression. Laisser entrevoir une belle récompense, mais rester ferme. Les enjeux sont plus colossaux qu’une toute petite récompense. Ils devront faire preuve de sérieux et d’efficacité. Ils n’auront tout simplement pas le droit à l’échec.
Sinon elle les étripe.

Un certain temps passe alors que JJ écrit deux trois trucs plus ou moins importants dans ses dossiers. De la paperasse qu’elle finira par filer à Swan, qui sera bien sur ravi de le faire pour sa partenaire malgré le côté ennuyeux de la tâche. Lorsque JJ relève la tête, le soleil est beaucoup plus présent dans la pièce, c’est pourquoi deux choses lui traversent l’esprit. D’abord, elle éteint sa bougie. Ensuite, ses hommes sont en retard. Et JJ déteste les retardataires.
Ses sourcils se froncent, elle pousse un soupire bref. Ça y’est, elle est agacée. Peut-être est-ce Swan qui n’est pas allé assez vite ? Elle en doute fortement. Il sait très bien qu’elle ne supporte pas qu’il lambine, surtout quand elle mentionne un travail urgent. 13 ferme le rapport qu’elle était en train de lire et dépose ce si précieux stylo, juste à côté du dossier, à la parallèle de ce dernier. JJ aime l’ordre. L’ordre c’est ce qui permet aujourd’hui à leur nouvelle société de tenir debout.
C’est à ce moment précis que deux coups résonnent.

13 ferme son visage, se redresse dans son siège, croise les bras.

« Entrez. »

Ses sourcils se relèvent, désabusée, alors qu’Alexander 022 entre dans son bureau, suivi de 029. Ils se présentent, chacun leur tour, dos droit, mains derrière le dos. Elle pense presque : « comme elle leur a appris ». Mais JJ n’est pas dupe, elle sait bien qu’ils lui vouent un certain respect (et encore heureuse insiste-t-elle) mais ils sont loin d’être aussi dociles que Swan. D’un côté, ça l’amuse. Ils sont intelligents, ils savent mettre leur insoumission à profit en dehors de leurs entretiens.

« Vous vouliez nous voir ?
— Je voulais vous voir oui. Il y’a maintenant surement plus d’une heure. »

Le ton de sa phrase est acerbe, tranchant. Elle se redresse, pose ses mains sur le bureau et soupire, puis se lève.

« J’ai tendance à apprécier de mes hommes leur efficacité, leur jugeote, ce genre de choses. Mais ce n’est certainement pas très malin d’arriver en retard alors que la convocation est urgente. »

13 pousse un léger soupire, ferme les yeux une petite seconde puis finit par se lever.

« Mais, certes, n’en parlons plus. »

Pour l'instant.
A noter qu’elle ne leur a toujours pas demandé de rompre leur salut, histoire qu’ils restent un peu en tension un certain temps.

« Ce matin figurez-vous que j’ai eu l’incroyable visite de Monsieur. Monsieur qui est venu me donner un ordre de mission. Mission que je compte vous attribuer. »

JJ fait le tour de son bureau puis vient se poser contre celui-ci, face à ses hommes. Elle croise ses bras sous sa poitrine, dans un uniforme impeccable, tirée à quatre épingles. Elle plonge son regard successivement dans celui de ses deux hommes encore en position de salut, et arbore un air de « ne me mentez pas, je sais toujours tout. » puis déclare d’un ton un peu moins sec :

« Qu’avez-vous entendu au sujet d’un camp d’Outlaws pas loin d’ici ? »

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 169
Age du personnage : 28
Fonction/Occupation : Agent faction Intervention
Avatar : Emmy Awesome Rossum

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [Event n°1] Chasse à l'homme. 24.02.16 22:22

« Crois-moi, c’est tout réfléchi. »

Elle hausse les sourcils en souriant, pas vraiment besoin de s’étendre sur le sujet tout était dit et rien ne soulevait l’étonnement ni pour elle, ni pour lui en réalité. Les deux partenaires s’acquittent des quelques mètres qui les séparent de la porte de leur supérieur hiérarchique et à chaque pas leur comportement se modifie un peu plus, l’engouement se disperse, les sourires s’effacent et c’est d’une mine bien plus grave qu’ils pénètrent dans le bureau de JJ.

La pièce est sobre et froide à l’image de sa propriétaire, il ne dénote en rien avec les sinistres couloirs des quartiers de la milice. Alexander se présente respectant à la lettre les règles et usages qui leur avaient été enseigné à leur arrivée dans les rangs. Il avait toujours été doué pour ca, suivre les ordres… en tous les cas, il tenait à cette hiérarchie et avait pour elle un profond respect même s'il aimait à prétendre être un électron libre, au fond la jeune femme savait qu’il appréciait et nécessitait cet ordre et toutes ces règles. C’était aussi son cas dans un certain sens même si quelque chose dans cette structure la gênait profondément, quelque chose sur lequel elle n’avait jamais vraiment mis le doigt, ni chercher à le faire d’ailleurs, elle n’y pensait pas, c’était quelque chose qu’elle ressentait parfois pendant quelques secondes, mais la milice était sa famille, le combat son gagne-pain et sa raison d’être alors quand ce malaise lui titillait parfois l’estomac, elle fermait les yeux et se rappelait de ce jour où elle avait pénétré les portes de la cité. À son tour Carter se présenta sur le même modèle que son camarade puis ils attendirent le retour de la femme qui leur faisait face.

«  Je voulais vous voir oui. Il y’a maintenant surement plus d’une heure. »

Carter serra les dents, mais ne détourna pas le regard bien que l’envie de jeter un rapide coup d’œil réprobateur à son partenaire la démangeât ou peut-être que c’était un sourire amusé qui au fond ne demandait qu’a sortir. Peu importait, elle resta de toute façon figée comme prise dans la glace, celle-là même qui devait entourer le cœur de JJ. JJ qui elle continuait de parler, enfin de leur lancer des reproches pour être tout à fait exacte et ils les encaissaient sans même essayer de se défendre, un spectacle pour lequel la jeune femme espérait que 013 prenait le temps d’apprécier, car c’était une chose bien rare, pas étonnant que les deux miliciens ne soient ensuite qu’enclin à asseoir leur position auprès des autres, être un suiveur oui, mais seulement quand cela le nécessite non ?

« Mais, certes, n’en parlons plus. »

Finalement, elle passe. Rapide ce dis la jeune femme, la raison de leur présence devait vraiment être conséquente pour que leur chef se lasse si rapidement de les remettre à leur place, pas qu’elle s’en plaigne bien au contraire, mais ce n’est qu’un signe de plus sur le chemin des Outlaws et elle s’en réjouissait d’avance. Ainsi, Monsieur était venu en personne pour donner ses ordres ? Voilà qui était intéressant, qu’une personnalité si importante ne se contente pas de déléguer et se déplace pour briefer ses gradés, Carter était intrigué, cela ne ressemblait pas aux fonctions qui leur étaient attribuées habituellement et la jeune milicienne pouvait sentir l’excitation reprendre son chemin au creux de ses veines, elle était cette fois d’une toute autre nature, mais elle n’était certainement pas moindre. Un mince sourire s’afficha sur son visage, mais elle le fit disparaître presque instantanément, ce n’était ni le lieu, ni le moment de se montrer frivole.

La mine de JJ se fait de nouveau plus sévère quand elle les confronte soudainement aux informations qui pourraient déjà être en leur possession, et cela, sans autorisation. Carter et Alexander se regardèrent rapidement un peu surpris par cette question inattendue. Mentir n’était pas une option et Carter se décida a briser le silence qu’avait laisser planer la femme qui se tenait devant eux.

« Peu de chose en réalité simplement qu’un camp aurait été repéré à une distance accessible pour la milice, rien de plus, rien de moins. Vous êtes sans aucun doute bien plus informé que nous Madame et nous ne demandons qu’à en apprendre plus sur les attentes que Monsieur vous aurait formulées concernant l’anéantissement de ce groupe. C’est pour ma part tout ce que je suis à même de vous restituer. »

Elle se tut et laissa à son partenaire la possibilité d’ajouter ce qui lui semblerait judicieux, après tout le peu d’information dont elle disposait venait de lui, qui le tenait lui-même de sa fouine de meilleur ami, restait à voir s'il lui avait tout dit ou s'il s’était gardé quelques détails intéressant.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 118
Double comptes : Dorian S. Porter
Age du personnage : 30 ans
Fonction/Occupation : Agent de la faction d'intervention
Avatar : Chris Evans

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [Event n°1] Chasse à l'homme. 03.03.16 9:40

— Je voulais vous voir oui. Il y’a maintenant surement plus d’une heure.

On ne blague pas avec JJ 013 et on le sait.
Et là, on a clairement l’air d’avoir déconné…
Enfin, J’AI déconné mais n’en éprouve aucun regret. Pas que j’use de la « sympathie » que JJ a pour nous mais que je sais qu’elle ne s’en formalisera pas autant qu’elle aurait pu le faire avec un ou une autre. Et que de toute façon, Carter saura toute seule m’envoyer chier tout à l’heure pour nous avoir mis en retard.

— J’ai tendance à apprécier de mes hommes leur efficacité, leur jugeote, ce genre de choses. Mais ce n’est certainement pas très malin d’arriver en retard alors que la convocation est urgente.

Je ne bronche pas, Carter non plus. Cette femme qui se tient face à nous est certainement l’une des seules ici à réussir à me faire fermer ma gueule, quitte à m’en faire un ulcère. Si je ne laisse personne d’autre me parler comme ça, avec cette autorité dominante et tranchante, JJ 013, elle, a tous les droits. C’est notre chef de faction, celle qui dirige la milice d’une main de maitre et surtout, celle qui sait aussi nous dire merci de la meilleure des manières lorsque nous menons à bien une mission donnée.

On est entrain de se faire remonter les bretelles, de manière très clair et pas un son ne s’élève de la pièce à part la voix de JJ, froide, tranchante et sans appel. Elle foutrait clairement la chair de poule tellement elle est flippante. Je m’attends à ce qu’elle continue sur un long discours sur ce retard et donc, sur le manque de respect et le peu d’intérêt que nous semblons porté sur sa demande express à ce que l’on rapplique ici… Je m’attends même une sanction, légère ou non.

— Mais, certes, n’en parlons plus.

Difficile de ne pas marquer la surprise.
JJ n’est pas du genre à laisser passer ce genre d’incartade et je ne sais pas surpris de recevoir une petite surprise après cet entretient…

— Ce matin figurez-vous que j’ai eu l’incroyable visite de Monsieur. Monsieur qui est venu me donner un ordre de mission. Mission que je compte vous attribuer.

Les choses commencent à devenir intéressantes. Pour que Monsieur lui-même se déplace voir notre chef c’est que la mission est lourde, très lourde. S’ajoute à ça l’honneur que nous recevons en étant sollicité pour la mener à bien. Une bouffée de fierté se gonfle au creux de ma poitrine d’avoir l’occasion d’effectuer une mission de la plus haute importance, dont l’ordre vient directement de Monsieur.
Raison de plus pour ne pas se foirer et 013 a raison de nous filer le bébé. J’ai aucune pudeur à dire que Carter et moi sommes l’un des meilleurs binômes du secteur de la milice et que le boulot est et sera toujours fait avec soin. On prend très à cœur nos rôles et nos missions, l’un comme l’autre nous aimons être pointilleux.
Autant dire que là, on va mettre le paquet.

Toujours droit, regard braqué devant soi, nous ne bronchons toujours pas malgré cet élan de fierté qui anime mes veines. JJ se tient face à nous, bras croisés sous la poitrine et nous fixe.

— Qu’avez-vous entendu au sujet d’un camp d’Outlaws pas loin d’ici ?

La surprise est marquée, je croise rapidement le regard de Carter, déstabilisé.
Comment est-ce qu’elle peut être au courant qu’on sache quoi que ce soit sur ça ? Je doute qu’Island ait été cafté… alors qui ? On pourrait lui mentir, lui dire qu’on ne sait rien mais il suffit de croiser son regard de glace pour comprendre que nous n’avons pas intérêt à jouer aux petits malins.

— Peu de chose en réalité simplement qu’un camp aurait été repéré à une distance accessible pour la milice, rien de plus, rien de moins. Vous êtes sans aucun doute bien plus informé que nous Madame et nous ne demandons qu’à en apprendre plus sur les attentes que Monsieur vous aurait formulées concernant l’anéantissement de ce groupe. C’est pour ma part tout ce que je suis à même de vous restituer.

Carter résume parfaitement les faits et nos attentes, sans en faire trop ; ni trop peu.
J’attends quelques secondes, croisant de nouveau le regard de JJ.
Putain, elle nous ferait faire des cauchemars.

— Plus précisément, un convoi qui trainerait aux alentours. Probablement à la recherche de vivres ou d’un nouvel emplacement pour s’installer.

Même s’il ne serait pas très judicieux de leur part de venir à une distance aussi dangereuse. Ils sont bien plus intelligents que ça, c’est ce qui fait aussi des Outlaws des êtres dangereux.

— Puis-je me permettre de demander si notre mission sera justement de nous en débarrasser ?

Je me retiens d’esquisser un sourire puisque nous savons tous les trois ici que l’opportunité d’éradiquer un peu plus d’Oultaws sera une chance pour nous et pour notre Cité de vivre dans une ambiance de paix. Tuer des êtres humains me laisse parfois encore un goût amer mais ça n’est pas comme si nous avions le choix. Nous savons tous que si jamais l’un d’entre eux pénètre la Cité, c’est la merde et qu’il risque de mettre en danger la paix que nous instaurons déjà difficilement.
Je croise un bref instant le regard de 013, en attente d’une réponse, espérant que je ne me plante pas sur toute la ligne. Quoi qu’il en soit… Island a encore été une fois des plus utiles.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 65
Double comptes : QG de la Milice, bureau n°2
Age du personnage : 32
Fonction/Occupation : Chef de la faction d'intervention
Avatar : Olga Kurylenko

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [Event n°1] Chasse à l'homme. 09.03.16 16:20

«Peu de chose en réalité simplement qu’un camp aurait été repéré à une distance accessible pour la milice, rien de plus, rien de moins. Vous êtes sans aucun doute bien plus informé que nous Madame et nous ne demandons qu’à en apprendre plus sur les attentes que Monsieur vous aurait formulées concernant l’anéantissement de ce groupe. C’est pour ma part tout ce que je suis à même de vous restituer. »

Le regard de JJ se détourne des yeux fixes de Carter pour se planter tout aussi férocement dans ceux d’Alexander.

« Plus précisément, un convoi qui trainerait aux alentours. Probablement à la recherche de vivres ou d’un nouvel emplacement pour s’installer. »

Alors c’est donc ça qu’ils auraient entendus ? Pas grand-chose de plus que que Swann en l’occurence et au final ça n’est pas vraiment le contenu qui m’intéresse mais plutôt le fait qu’ils soient au courant de ces informations censées être gardées secrètes.
Voila ce que pense 13 à cet instant précis ou ses deux bras armés lui donnent sans réfléchir les informations qu’ils ont glanés ou tout simplement surpris au détour d’une conversation. JJ n’est pas dupe quant à leur obéissance aveugle. Jusque-là aucun des deux n’avait voulu contester son autorité, et à raison. Si JJ n’était plus en mesure de le faire aujourd’hui, fut un temps ou son travail était de coordonner les exécutions. La brune s’imagine que cette réputation pèse surement sur la discipline de ses hommes.
Elle sait comment fonctionne leur relation et en est contente. Ces deux-là… 13 l’avait senti, dès le début. Quand elle les avait vu se battre, s’observer, observer les alentours. Elle avait compris la nature de leurs regards, perçu la force potentielle dans leurs muscles pas encore entrainés. Dès sa nomination au poste de chef de faction, JJ avait posé sa main sur leurs deux épaules et les avait gardé avec elle. Et aujourd’hui encore elle se remercie d’avoir suivi son éternel instinct.

« Puis-je me permettre de demander si notre mission sera justement de nous en débarrasser ? »

JJ relève la tête et fronce les sourcils.

« Non, ne vous permettez pas ça Alexander 022. »

Regard froid, JJ se relève et recroiser ses bras sous sa poitrine. Son air est clairement désapprobateur. C’est une chose qu’elle déteste. Comme ce petit sourire qu’il a failli laisser échapper. Rien n’échappe à la chef de faction. Son regard glisse longuement, de haut en bas, sur le milicien toujours en salut avant de se détourner de ses hommes pour retourner derrière son bureau et récupérer l’ordre de mission, les quelques notes griffonnées à la va-vite par Swann. Ce qu’il écrit avec maladresse, se dit-elle. Elle soupire.

« Bien, rompez. » dit-elle sans leur accorder un regard, relisant d’un air distrait les quelques mots annotés sur une carte dessinée par les cartographes de la section de recherche.

« Sachez que cette mission est extrêmement importante et qu’à partir de maintenant vous devrez être focalisés sur votre tâche, chaque jour de la semaine, chaque heure de la journée. Swann vous communiquera un emploi du temps d’entrainement, pour vous et pour l’équipe dont vous aurez la charge. »

Leur fournir une équipe est un fait rare, qui incombe seulement aux missions importantes, JJ le sait. Elle compte bien leur faire comprendre la pression qui pèse sur ses propres épaules.

« Dès demain matin vous et moi iront repérer quelques éléments et nous choisirons les meilleurs. J’attends vos recommandations. »

JJ se redresse, son regard et les traits de son visage semblent s’être modulés différemment en quelques secondes. Loin de sa sévérité habituelle, cette fois, c’est un air pincé mais néanmoins assez fier qui teinte son visage. Son regard se pose dans ceux de ses deux hommes désormais moins tendus.

« Vous êtes mes meilleurs agents et je ne laisserais personne d’autre exécuter cette mission. Sachez que rien, ni personne ne sera en mesure de me faire obstacle. Je tiens à ce que soit une réussite totale. C’est moi qui me superviserais de vos entrainements, vous devrez être capables de maintenir l’équipe à leur plus haut niveau. J’espère que vous comprenez l’importance de ce dont je vais vous parler. »

JJ replace quelques feuilles entre ses mains avant de les ranger dans une pochette qu’elle amène contre sa poitrine.

« Il ne s’agit pas seulement d’éliminer quelques parasites mais un convoi entier et notamment les membres de la Résistance qui forment leur défense. Monsieur a besoin de nous pour effectuer un double coup. Ce convoi est très important, ils sont nombreux. Vous devrez détruire tout ce qu’ils ont, ils sembleraient qu’ils transportent avec eux des vivres. De plus, vous aurez à ramener des prisonniers et spécialement des représentants de leur force armée, que nous livrerons aux Recherches. »

Ce qu’ils leur feront la-bas ? Quelque chose qui ne sortira pas de ces quatre murs. D’ailleurs même le fait qu’ils seront livrés à la faction de recherche est secret.
Le ton qu’elle emploie est calme mais déterminé. Si seulement par ses mots elle pouvait leur insuffler tout ce qu’elle ressent en cet instant. Le mélange de l’adrénaline, de la pression, fierté et puissance tous ensemble.

« Je pense que vous êtes à même de comprendre que votre action aura pour but de fragiliser ces infâmes hérétiques. Cette mission est au coeur de la stratégie de Monsieur. Rassurer nos troupes, notre peuple et atteindre de plein coeur les Outlaws. Avez-vous des questions ? »
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 169
Age du personnage : 28
Fonction/Occupation : Agent faction Intervention
Avatar : Emmy Awesome Rossum

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [Event n°1] Chasse à l'homme. 13.03.16 0:44

JJ est sèche et stop Alexander tout net dans ses propos, s’il y a bien une chose qu’on ne peut décemment pas lui enlever, c’est son franc parlé et bien que cela soit une qualité qu’apprécie la jeune femme en temps normale, elle ne peut s’empêcher de penser que sa supérieur hiérarchique en use et en abuse, et cela, pas toujours à bon escient. Elle n’a rien contre JJ, pour être tout à fait honnête, elle l’apprécie, bien qu’elle ne puisse imaginer ne serait-ce qu’une seconde que cette dernière puisse avoir un cœur ou même faire preuve de quelconques émotions, jamais elle n’en avait vu une seule passer sur son visage, pas même lorsqu’elle affichait un air content, fier ou en colère, non en fait la colère ca ce n’était pas un élément manquant dans son panel de sentiments. À chaque fois que la chef de milice avait affiché un air qui pouvait laisser croire qu’elle ressentait, la jeune femme avait toujours eu cette impression de masque. Si elle s’était souvenue de l’existence des robots, c’est exactement comme ca qu’elle l’aurait appelé mais ce n’était pas le cas et elle était trop discipliné pour user de sobriquet même derrière le dos de la reine des glaces.

Enfin le responsable leur permet un peu de relâchement, Carter laisse donc retomber ses bras le long de son corps avant de les croiser sur sa poitrine, ravalant un air un peu renfrogné qu’elle sait n’être pas en droit d’afficher avant de lancer un regard entendu à son partenaire l’air de dire « ca à l’air mal barré ». JJ se détache finalement de sa paperasse sur laquelle la jeune femme aperçoit une écriture un peu maladroite qui n’est certainement pas celle de la femme qui se dresse devant elle et qui reprend la parole sur un ton toujours plus sérieux. Attentive, la brune ne peut s’empêcher de penser que les recommandations qui leur sont fournies à l’instant n’ont pas nécessairement besoin d’être formulé, jamais encore la chef de faction n’a eu à leur reprocher de prendre une mission a la légère ou de ne pas y mettre toute l’énergie et l’investissement qu’ils possédaient. Alexander et Carter étaient totalement dévoués à leur job et c’est ce qui les avait amenés au niveau qu’ils occupaient à présent. Lorsqu’elle évoqua Swann, la milicienne se retint de rouler des yeux, elle n’appréciait pas cet homme et ce n’était sans doute pas un secret pour grand monde, bien qu’elle ne l’ait jamais formulé officiellement, toujours était-il qu’elle le trouvait inquiétant et d’une fiabilité qui lui semblait plus que douteuse, mais ce n’était que ses propres ressentis aussi elle ne s’était jamais permis de les exprimer sauf peut-être à son associé. Ses pensées s’éloignèrent presque instantanément de 060 lorsqu’elle entendit le mot équipe, JJ leur donnait une équipe ? Ok elle prenait désormais conscience de l’ampleur de la mission qu’ils étaient en train d’évoquer, cela était chose rare et s'il s’agissait d’une véritable opportunité, cela signifiait aussi qu’ils n’avaient absolument pas le droit à l’erreur sous peine de perdre plus que leur place. En d’autres mots, un véritable challenge, une chance et rien qu’une de faire ce pourquoi ils étaient entraînés.

Les yeux rivés sur sa responsable, le dos droit et quelques noms virevoltant déjà dans son esprit, Carter ne perçoit pas tout de suite le changement d’attitude de JJ, ce n’est que lorsque qu’elle se remet en mouvement que celle-ci perçoit cette mince et furtive étincelle dans son regard. Elle ne peut s’empêcher de se féliciter de l’acharnement avec lequel elle s’entraîne chaque jour lorsque cette dernière leur mentionne sa future présence lors de leurs entraînements, il est toujours bon de faire impression même lorsque la nécessité n’est pas évidente, la milicienne tient à sa place et ne supporterait pas qu’on la remette en question surtout pas quand elle y met autant d’énergie et de cœur. Les tenants et aboutissants de la mission continue d’être énoncé, le sort de ceux qu’ils devront faire prisonniers également, mais aucune question ne vient perturber les pensées de la brunette, jamais au grand jamais elle ne pourrait imaginer ce qui attend les Outlaws lorsqu’ils seront livrés à la faction recherche, la version officielle étant bien loin de la confidence dans laquelle ils pensent avoir été mise. Si elle avait un jour remis, cette version en question, elle n’en avait pas le souvenir, les têtes pensantes du gouvernement avaient le don de faire avaler tout et n’importe quoi à leurs forces armées, d’une façon ou d’une autre, ils les avaient formatés pour agir pas pour penser et encore moins pour remettre en question ce qui leur était présenté comme une normalité.

« Je pense que vous êtes à même de comprendre que votre action aura pour but de fragiliser ces infâmes hérétiques. Cette mission est au coeur de la stratégie de Monsieur. Rassurer nos troupes, notre peuple et atteindre de plein coeur les Outlaws. Avez-vous des questions ? »

Elle acquiesça d’un signe de tête machinale aux paroles qui emplissaient la pièce sans que la gravité de ses propos ne soit vraiment comprise par les personnes qui se trouvaient dans ce bureau.

« Si vous permettez ? La destruction d’un convoi de cette ampleur devra sans aucun doute être rapide si nous voulons être efficaces et éviter de trop nombreuses fuites, aussi aurons-nous des moyens supplémentaires quant aux armes fournies ? Car certaines de personnes que j’envisage de vous recommander n’ont pas encore accès à toute l’artillerie disponible et les exercer à leur utilisation nécessitera sans doute un peu de temps quand bien même ils vous conviendraient évidemment ! Aussi, quel délai avons-nous avant l’attaque ? »

Elle termina sa phrase et attendit réponse, espérant que JJ ne trouverait à redire sur ses questions.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 65
Double comptes : QG de la Milice, bureau n°2
Age du personnage : 32
Fonction/Occupation : Chef de la faction d'intervention
Avatar : Olga Kurylenko

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [Event n°1] Chasse à l'homme. 18.03.16 10:21

« Si vous permettez ? »


JJ laisse aller un geste de main qui l’invite à prendre à son tour la parole.

« La destruction d’un convoi de cette ampleur devra sans aucun doute être rapide si nous voulons être efficaces et éviter de trop nombreuses fuites, aussi aurons-nous des moyens supplémentaires quant aux armes fournies ? Car certaines de personnes que j’envisage de vous recommander n’ont pas encore accès à toute l’artillerie disponible et les exercer à leur utilisation nécessitera sans doute un peu de temps quand bien même ils vous conviendraient évidemment ! Aussi, quel délai avons-nous avant l’attaque ? »

Un mince, très mince sourire, semble s’étirer sur les lèvres de la chef de faction alors que les mots de son agent s’égrènent. Peu de personnes pourraient un jour saisir visuellement ce type d’expression. Il était rare, voir inexistant que JJ laisse échapper un sourire. Pourquoi le faire quand son boulot était d’être dure comme du fer ? Il fallait bien avoir ce caractère rien que pour dompter 060.

JJ fait mine de réfléchir un moment, observant ses hommes avec une certaine insistance. Elle voudrait graver dans sa mémoire ce moment, ce délicieux moment qui se déroule sous ses yeux. Sa petite équipe, son duo préféré, bien sur elle avait sous ses ordres d’autres groupes de miliciens mais en terme d’efficacité et de rendements, il n’y avait surement pas leur pareille. JJ était fière d’eux. Ce n’est pas quelque chose qu’elle crie sur tous les toits, bien sur, qu’elle s’applique à ne pas divulguer trop souvent et trop fort. Mais elle était là, l’étincelle qu’elle avait aimée dès le premier jour chez eux. On la jalousait au sein de la milice et c’était un sentiment très flatteur qu’elle aimait percevoir autour d’elle. Ses pensées dérivent un instant vers Eliott, jeune prometteur qu’elle avait également poussé à postuler, soutenu et installé sur son petit siège. 457 a ce quelque chose de plus qui le rapproche d’elle, l’intelligence et l’instinct accrus. Plusieurs fois il s’est amusé à lui répéter qu’il troquerait bien toutes ses récompenses contre sa petite équipe, mais bien sur JJ ne lâcherait jamais son équipe. Si 29 et 22 ont jusque-là été d’une fidélité sans faille, leur chef de faction les a soutenu et les soutiendra toujours. Question de principe.

Le sourire qui s’était installé sur son visage s’est bien sur dissipé depuis de longues secondes. L’image de ses deux hommes imprimée sur sa rétine, la grande brune revient à ce qui lui semble le plus important pour cette matinée à savoir, la mission de Monsieur.

« Il est évident 29 que vous aurez accès à une plus grande panoplie en terme d’armurerie. Vous aurez à compter dans votre équipe deux agents de la faction d’artillerie que j’ai moi-même soigneusement choisis, qui seront là avec vous le jour de la mission et auront en main des instruments beaucoup plus important que personne à part eux ne sait manipuler. »

La séparation des entités. Là est la plus grande sagesse de monsieur quant à la répartition de ses forces armées.

« Bien sur ils seront sous vos ordres. En terme de délai vous avez dix jours à compter de demain pour vous préparez. Demain matin à la première heure je viendrais vous chercher à vos quartiers, et nous irons sélectionner ensemble les membres de votre équipe. L’entrainement commencera demain après-midi. Nous n’avons aucun moment à perdre. »

La chef de faction croise à nouveau ses bras sous sa poitrine.

« C’est pourquoi vous avez votre journée d’aujourd’hui pour vous reposer et réfléchir à votre équipe. Je viendrais aux aurores. Et je ne serais certainement pas en retard. Vous pouvez disposer. »

Sur ce JJ s’approche de la porte pour leur ouvrir, le visage toujours aussi fermé, et attend le salut de ses hommes.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 118
Double comptes : Dorian S. Porter
Age du personnage : 30 ans
Fonction/Occupation : Agent de la faction d'intervention
Avatar : Chris Evans

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [Event n°1] Chasse à l'homme. 22.03.16 16:23

Elle ne me le permet pas et à aucun moment je n’envisage de la contredire. JJ est l’une des rares personnes qui réussissent à nous la boucler aussi facilement et elle a tous les atouts pour y arriver. Elle est flippante et cette femme instaure le respect d’un regard. Si jamais l’un de nous s’amusait à faire la mariole devant elle, à faire le gros malin, pas sûr que nous soyons encore en vie demain matin.

C’est un soulagement lorsqu’elle nous accorde enfin le droit de relâcher la posture, d’en adopter une de plus naturelle et normal.

— Sachez que cette mission est extrêmement importante et qu’à partir de maintenant vous devrez être focalisés sur votre tâche, chaque jour de la semaine, chaque heure de la journée. Swann vous communiquera un emploi du temps d’entrainement, pour vous et pour l’équipe dont vous aurez la charge.

Ah Swann … Je ne sais pas si j’apprécie ce type ou pas. J’suis pas con, j’vois bien que c’est un gros fourbe mais d’un côté, il me fait marrer. Sûrement la première raison qui me pousse à venir le faire chier de temps en temps.
L’idée que nous ayons une mission aussi importante entre les mains me file déjà un coup d’adrénaline. Je mettrais ma main à couper que Carter se trouve dans le même état que moi. Mais le fait d’avoir en plus de ça une équipe à gérer ? C’est la quintessence du bonheur. C’est une foutue responsabilité qui n’est pas accordé à tout le monde, alors autant dire que là, c’est clairement une offre monumentale qu’elle nous fait.

— Dès demain matin vous et moi iront repérer quelques éléments et nous choisirons les meilleurs. J’attends vos recommandations. Vous êtes mes meilleurs agents et je ne laisserais personne d’autre exécuter cette mission. Sachez que rien, ni personne ne sera en mesure de me faire obstacle. Je tiens à ce que soit une réussite totale. C’est moi qui me superviserais de vos entrainements, vous devrez être capables de maintenir l’équipe à leur plus haut niveau. J’espère que vous comprenez l’importance de ce dont je vais vous parler.

Les choses prennent une toute autre ampleur et la première chose que je me dis c’est que cette mission sera celle de notre vie. Là où nous devrons faire nos preuves et que si par malheur nous nous foirons, nous sommes foutus. C’est à double tranchant. Soit nous réussissons – et ça sera le cas – et nous gagnerons en reconnaissance mais aussi en estime. Soit nous échouons et là, c’est la merde pour nous deux.
Je ne cache même pas qu’un élan de fierté me traverse lorsqu’elle nous évoque comme ses meilleurs agents. Rien de tel pour vous foutre le feu aux veines, je me sens déjà prêt à donner le maximum pour martyriser ceux qui auront la chance des choisit par nos soins…

— Je pense que vous êtes à même de comprendre que votre action aura pour but de fragiliser ces infâmes hérétiques. Cette mission est au coeur de la stratégie de Monsieur. Rassurer nos troupes, notre peuple et atteindre de plein coeur les Outlaws. Avez-vous des questions ?
— Si vous permettez ? La destruction d’un convoi de cette ampleur devra sans aucun doute être rapide si nous voulons être efficaces et éviter de trop nombreuses fuites, aussi aurons-nous des moyens supplémentaires quant aux armes fournies ? Car certaines de personnes que j’envisage de vous recommander n’ont pas encore accès à toute l’artillerie disponible et les exercer à leur utilisation nécessitera sans doute un peu de temps quand bien même ils vous conviendraient évidemment ! Aussi, quel délai avons-nous avant l’attaque ?

Carter formule tout ce que je pouvais formuler et je la laisse manier le reste de la conversation. Et JJ sourit. Enfin… elle étire ses lèvres dans ce qui semble être un sourire et c’est dingue comme son visage change les peu de fois où ça arrive.
J’ai hâte de savoir si nous aurons accès à des armes à feu, faits rares et objets utilisés qu’en de très rares occasions. Je me souviens avoir manié pour la première fois cette arme, petite, qui pourrait aisément se tenir qu’à une main. C’est d’une efficacité incroyable mais bien trop dangereux pour nous tous.

— Il est évident 29 que vous aurez accès à une plus grande panoplie en terme d’armurerie. Vous aurez à compter dans votre équipe deux agents de la faction d’artillerie que j’ai moi-même soigneusement choisis, qui seront là avec vous le jour de la mission et auront en main des instruments beaucoup plus important que personne à part eux ne sait manipuler.

Je retiens difficilement ce sourire qui menace de naitre sur mes lèvres. Mais avec les années, nous avons appris à nous tenir devant elle… mon cœur accélère en douceur sous l’effet de l’excitation. J’ai déjà hâte de me mettre à l’action et d’être sur le terrain pour aller défendre notre Cité, mais aussi Monsieur. L’ordre vient de lui… C’est incroyable que nous ayons la chance de pouvoir le servir presque directement.
JJ est là, à nous toiser. Elle est si flippante et charismatique que s'en est presque dérangeant. Je ne sais pas si elle se rend compte à quel point elle attise les fascinations...

— Bien sur ils seront sous vos ordres. En terme de délai vous avez dix jours à compter de demain pour vous préparez. Demain matin à la première heure je viendrais vous chercher à vos quartiers, et nous irons sélectionner ensemble les membres de votre équipe. L’entrainement commencera demain après-midi. Nous n’avons aucun moment à perdre. C’est pourquoi vous avez votre journée d’aujourd’hui pour vous reposer et réfléchir à votre équipe. Je viendrais aux aurores. Et je ne serais certainement pas en retard. Vous pouvez disposer.

Ca c’est tout notre boss.
Balancer ce genre de gros dossier à la gueule puis nous demander de sortir dans la foulée. C’est déstabilisant, sûrement la première raison pour laquelle nous mettons du temps à tourner les talons après avoir soigneusement saluer JJ 013 dans un salut coordonné et parfait.
Demi-tour, nous sortons.
Et j’esquisse un large sourire à l’idée de pouvoir entrainer certaines recrues mais aussi à l’idée de sortir, bouger, mettre en pratique ce pour quoi nous nous entrainons depuis des semaines, des mois. Tuer d’autres êtres humaines n’est pas reluisant mais aussitôt cette part de conscience revenu, je la balaie d’un geste de la main. Nous devons défendre notre Cité, c’est notre rôle et cette fois, l’ordre vient directement de Monsieur. La mission en est d’autant plus importante… c’est malheureusement une chose à faire pour aspirer à la paix, à la tranquillité et au bien-être des citéens.

Ce n’est qu’une fois dehors, là où le soleil est déjà un poil plus haut, que je parle enfin.

— Tu vas tellement te manger ta raclée 029 !

J’esquisse un large sourire de contentement et je vois bien que Carter est tout aussi excité que moi à l’idée de partir sur le terrain. Ca fait une éternité que ça n’était pas arrivée et un peu d’exercice ne serait pas de refus…

— Ca te dit de venir dans mon lieu de vie ? J’crois qu’on a une conversation à poursuivre… ca risquerait de prendre la journée.

Non je n’ai pas oublié.
Non, j’ai pas envie d’attendre. Pas maintenant que j’ai le feu aux veines à l’idée de devoir gérer une équipe avec Carter, de devoir les mener en mission et de faire en sorte que nous réussissions. C’est un honneur, c’est même mieux qu’une chance que nous avons… Alors nous avons tout intérêt à ne pas la laisser filer.

— FIN DU RP —
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Event n°1] Chasse à l'homme.

Revenir en haut Aller en bas
 

[Event n°1] Chasse à l'homme.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Droit de l'homme et démocratie
» L'eau potable art31 déclaration univers droits l'homme
» les objets nécessaires à l'homme....et dans la vraie vie
» [test]Découvrez votre type d'homme
» Biodiversité : Festival des droits de l'homme Paris, Marie-M Robin
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Catharsis 23 :: LA CITÉ :: HABITATIONS :: Quartier de la milice-